C'est à partir de Cap Canaveral en Floride qu'a été lancée à 03H02' (heure belge) une fusée porteuse Falcon-9 de SpaceX. Le premier étage a parfaitement atterri sur la barge de récupération Shortfall of Gravitas se trouvant dans l'Océan Atlantique au sud-est de la Floride. Cet étage a été utilise à dix reprises déjà depuis juin 2020. C'est la 103ème fois que SpaceX récupère un premier étage de fusée et réduit ainsi d'autant le coût de lancement.

Préoccupation et critique

Finalement, le reste de la fusée porteuse a mis en orbite 49 nouveaux satellites Starlink pour le réseau internet à haut débit mondial. La firme aéronautique d'Elon Musk a ainsi déjà lancé 2.042 satellites pour ce réseau. 1.169 d'entre eux sont actifs, alors que 272 sont encoure en route vers leur orbite opérationnelle. Plus de deux cents sont défectueux ou ont déjà été mis hors service.

Le déploiement de réseaux de ce genre débouche toujours plus sur de la préoccupation et de la critique, car le risque de heurts augmente sans cesse. Mardi encore, Josef Aschbacher, le directeur général de l'Agence spatiale européenne ESA, a plaidé en faveur d'une réglementation. Précédemment, la Chine s'était plainte que quelques satellites Starlink s'étaient rapprochés trop près de sa station spatiale. De leur côté, des astronomes (amateurs) dénoncent une perturbation de leurs observations.

Pour SpaceX, il s'agissait là déjà du troisième lancement de l'année, dont deux ciblaient Starlink. C'était aussi la 35ème mission pour ce réseau.

C'est à partir de Cap Canaveral en Floride qu'a été lancée à 03H02' (heure belge) une fusée porteuse Falcon-9 de SpaceX. Le premier étage a parfaitement atterri sur la barge de récupération Shortfall of Gravitas se trouvant dans l'Océan Atlantique au sud-est de la Floride. Cet étage a été utilise à dix reprises déjà depuis juin 2020. C'est la 103ème fois que SpaceX récupère un premier étage de fusée et réduit ainsi d'autant le coût de lancement.Finalement, le reste de la fusée porteuse a mis en orbite 49 nouveaux satellites Starlink pour le réseau internet à haut débit mondial. La firme aéronautique d'Elon Musk a ainsi déjà lancé 2.042 satellites pour ce réseau. 1.169 d'entre eux sont actifs, alors que 272 sont encoure en route vers leur orbite opérationnelle. Plus de deux cents sont défectueux ou ont déjà été mis hors service.Le déploiement de réseaux de ce genre débouche toujours plus sur de la préoccupation et de la critique, car le risque de heurts augmente sans cesse. Mardi encore, Josef Aschbacher, le directeur général de l'Agence spatiale européenne ESA, a plaidé en faveur d'une réglementation. Précédemment, la Chine s'était plainte que quelques satellites Starlink s'étaient rapprochés trop près de sa station spatiale. De leur côté, des astronomes (amateurs) dénoncent une perturbation de leurs observations.Pour SpaceX, il s'agissait là déjà du troisième lancement de l'année, dont deux ciblaient Starlink. C'était aussi la 35ème mission pour ce réseau.