Soundcloud a été fondée en 2007 sous la forme d'une sorte de 'YouTube pour l'audio': une plate-forme pour musiciens souhaitant partager leur musique avec d'autres. Pour les amateurs de musique, c'était l'endroit idéal pour découvrir de nouveaux artistes. Désormais, ils ne pourront plus le faire que s'ils sont prêts à entendre de temps à autre un spot publicitaire entre les plages musicales.

L'entreprise introduit en effet un nouveau modèle publicitaire et un nouveau service payant dans notre pays. "SoundCloud Go+ comprend plus de 200 millions de plages originales, dj-sets, remixes et autres oeuvres de plus de 20 millions d'artistes. Le tout à une excellente qualité sonore, sans publicité et avec la possibilité d'écouter des chansons offline pour 9,99 euros par mois", annonce l'entreprise dans un communiqué de presse.

Avec Go+, SoundCloud propose à présent aussi de la musique sous licence. La formule se distingue de Soundcloud Go, où l'utilisateur paie 5,99 euros par mois pour écouter uniquement la musique d'artistes indépendants sans publicité (et à une qualité moindre).

Trouver un modèle commercial

L'entreprise germano-suédoise a toujours éprouvé des difficultés à trouver un bon modèle commercial. Il y a trois ans, elle était encore au bord de la faillite. Il était même question qu'elle soit rachetée par Spotify.

En 2017, des réductions de dépenses et une injection de capital de quasiment 170 millions de dollars firent en sorte que SoundCloud reprit du poil de la bête. Une nouveau CEO fut nommé à sa tête en la personne de Kerry Trainor. A l'époque, il annonça que SoundCloud ne chercherait plus à affronter les acteurs en vue tels Spotify et Apple Music.

A présent, son entreprise sort un service qui propose la même musique des mêmes grands labels discographiques et au même prix. SoundCloud tente, il est vrai, de se distinguer en complétant cette offre par de la musique d'artistes moins connus, afin que les utilisateurs puissent découvrir de nouveaux talents. Reste à savoir si cela suffira pour percer sur un marché déjà saturé, où tous les acteurs sont dans le rouge.

Ces dernières années, les deux services payants Go et Go+ ont déjà été déployés dans neuf autres pays (depuis 2016 aux Etats-Unis et depuis 2017 aux Pays-Bas). L'entreprise ne révèle aucun chiffre à propos du nombre d'utilisateurs payants, mais ces services de diffusion ne semblent pas y connaître un grand succès. En même temps, l'extension à cinq nouveaux pays signifie que l'entreprise continue d'y croire.