La publication a séduit les investisseurs et le titre prenait 52% dans les échanges postérieurs à la clôture de Wall Street. Il semblait ainsi préparer un rebond vendredi après une séance abominable jeudi (-23,60%), marquée par la défaillance d'un autre réseau social, Facebook (Meta).

Snap a fait mieux que prévu par les analystes en termes de chiffre d'affaires, ressorti à 1,29 milliard de dollars, et de résultat net, avec un bénéfice de 22,5 millions, le premier de l'histoire de la plateforme. Le revenu par utilisateur a bondi de 18% sur un an et de 16% par rapport au trimestre précédent.

Au total, Snapchat comptait 319 utilisateurs quotidiens actifs, en hausse de 20% par rapport à la même période de 2020. Au troisième trimestre, le groupe avait souffert de l'impact de la mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone d'Apple (iOS). Le programme demande désormais à l'utilisateur s'il souhaite ou non permettre à une application téléchargée sur l'iPhone de suivre son parcours en ligne en dehors de l'application.

S'il refuse, l'application ne peut plus collecter de données lorsque l'utilisateur se rend sur d'autres sites et d'autres applications, ce qui était le cas auparavant. Du fait de ces modifications, beaucoup des outils dont se servaient, jusque-là, les annonceurs pour mesurer l'efficacité de leurs campagnes publicitaires avaient été rendus quasiment inopérants. Pour Snapchat, réseau social gratuit dont le modèle économique repose en grande partie sur les revenus publicitaires, les conséquences avaient été immédiates.

Mais jeudi, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats, le directeur financier Derek Andersen a expliqué que l'activité publicitaire s'était adaptée à ce nouvel environnement "plus rapidement que nous ne l'avions anticipé".

Les "défis ne sont pas derrière nous, mais nous sommes de plus en plus confiants dans notre capacité à nous y ajuster", a expliqué la responsable opérationnelle Jeremi Gorman. Snap vise entre 328 et 330 millions d'utilisateurs actifs quotidiens d'ici la fin du trimestre, ce qui équivaudrait à une croissance comprise entre 17 et 18%. "Snapchat a fini 2021 sur une note positive, dépassant nos attentes en matière de revenus publicitaires", a réagi Jasmine Enberg, analyste du cabinet Insider Intelligence.

Pour l'analyste, Snapchat n'est pas aussi exposé à "l'effet TikTok" que Meta (Facebook), dont le CEO Mark Zuckerberg a admis mercredi qu'il souffrait de la concurrence du réseau chinois.

La publication a séduit les investisseurs et le titre prenait 52% dans les échanges postérieurs à la clôture de Wall Street. Il semblait ainsi préparer un rebond vendredi après une séance abominable jeudi (-23,60%), marquée par la défaillance d'un autre réseau social, Facebook (Meta).Snap a fait mieux que prévu par les analystes en termes de chiffre d'affaires, ressorti à 1,29 milliard de dollars, et de résultat net, avec un bénéfice de 22,5 millions, le premier de l'histoire de la plateforme. Le revenu par utilisateur a bondi de 18% sur un an et de 16% par rapport au trimestre précédent.Au total, Snapchat comptait 319 utilisateurs quotidiens actifs, en hausse de 20% par rapport à la même période de 2020. Au troisième trimestre, le groupe avait souffert de l'impact de la mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone d'Apple (iOS). Le programme demande désormais à l'utilisateur s'il souhaite ou non permettre à une application téléchargée sur l'iPhone de suivre son parcours en ligne en dehors de l'application.S'il refuse, l'application ne peut plus collecter de données lorsque l'utilisateur se rend sur d'autres sites et d'autres applications, ce qui était le cas auparavant. Du fait de ces modifications, beaucoup des outils dont se servaient, jusque-là, les annonceurs pour mesurer l'efficacité de leurs campagnes publicitaires avaient été rendus quasiment inopérants. Pour Snapchat, réseau social gratuit dont le modèle économique repose en grande partie sur les revenus publicitaires, les conséquences avaient été immédiates.Mais jeudi, lors de la conférence téléphonique de présentation des résultats, le directeur financier Derek Andersen a expliqué que l'activité publicitaire s'était adaptée à ce nouvel environnement "plus rapidement que nous ne l'avions anticipé".Les "défis ne sont pas derrière nous, mais nous sommes de plus en plus confiants dans notre capacité à nous y ajuster", a expliqué la responsable opérationnelle Jeremi Gorman. Snap vise entre 328 et 330 millions d'utilisateurs actifs quotidiens d'ici la fin du trimestre, ce qui équivaudrait à une croissance comprise entre 17 et 18%. "Snapchat a fini 2021 sur une note positive, dépassant nos attentes en matière de revenus publicitaires", a réagi Jasmine Enberg, analyste du cabinet Insider Intelligence.Pour l'analyste, Snapchat n'est pas aussi exposé à "l'effet TikTok" que Meta (Facebook), dont le CEO Mark Zuckerberg a admis mercredi qu'il souffrait de la concurrence du réseau chinois.