Les startups et 'scale-ups' numériques belges sont surtout actives dans les segments 'business-to-business' (72%) et se focalisent essentiellement sur la technologie de marketing en ligne, le matériel numérique et l'e-health. Plus d'un quart des startups (28%) déploient des activités 'business-to-consumer'.

Dix pour cent des startups belges sont également présentes à l'étranger, surtout aux Etats-Unis, et dix pour cent sont des spin-offs universitaires. L'Ugent, la KULeuven et l'ULB prennent à leur compte plus de la moitié des spin-offs universitaires. Plus de cinquante pour cent des startups opèrent sous statut S.A.R.L. (54%).

Les startups sont surtout établies dans la Région de Bruxelles-Capitale (33%) et dans les provinces d'Anvers (16%) et de Flandre Orientale (13%). Les provinces de Hainaut (3%), de Namur (2%) et de Luxembourg (1%) ferment la marche. Bruxelles, Anvers, Gand, Louvain et Hasselt composent le top 5 des villes à starters.

Le ministre en charge de l'Agenda Numérique, Alexander De Croo, juge encourageants ces chiffres de Sirris: "Les startups sont clairement en progression. Il n'empêche que notre pays accuse encore du retard en comparaison avec d'autres pays. Le gouvernement fédéral a l'ambition de combler cet écart. Avec Digital Belgium, nous avons mis en oeuvre une stratégie destinée à donner un complément d'oxygène aux starters technologiques. Le plan 'startup' offrira aux starters un meilleur accès au capital-risque et réduira les coûts salariaux."