Rares sont ceux/celles qui s'enthousiasment à propos du terme 'database', mais SingleStore parvient, elle, à expliquer pourquoi les bases de données sont cruciales ou, plus exactement, pourquoi sa technologie 'database' s'avérera essentielle dans une économie numérique. L'entreprise a réussi en l'espace de quelques années à attirer des clients comme Samsung, Intel, Kellogg's, Hulu et Uber et possède des utilisateurs dans 29 pays, dont la Belgique, avec sa technologie brevetée. Un nouveau défi à relever dans un monde qui est en grande partie encore dominé par Oracle.

"Nous voulons réunir des données modernes', explique Suresh Sathyamurthy, Chief Marketing Officer chez SingleStore, cette entreprise qui était active jusqu'en 2020 sous l'appellation MemSQL. Et de citer Uber en exemple: 'On y collecte l'emplacement GPS du client, les conditions de circulation, l'offre et l'endroit du chauffeur, ainsi que bien d'autres données qu'il convient de regrouper ultra-rapidement pour fournir au client un prix et une heure précis. C'est beaucoup, et lorsqu'il entend qu'il devra patienter dix minutes ou que le prix suggéré sera par la suite beaucoup plus élevé, il passe simplement vers une autre appli. Voilà pourquoi les usagers recherchent une base de données capable de combiner le tout de manière rapide et évolutive.'

Nous sommes une base de données dans un monde 'multi-database'.

L'entreprise entend se distinguer des firmes de bases de données proposant des solutions très spécifiques. 'Nous sommes une base de données dans un monde 'multi-database'. Nous sommes de taille à affronter de vastes gisements de données. Voilà pourquoi nous parlons d'applications sans limites et ce, non seulement pour ce qui est de l'appli que l'utilisateur possède aujourd'hui, mais aussi pour ce qu'il veut en faire à l'avenir.' Sathyamurthy fait ainsi de nouveau référence à Uber qui fait livrer aussi des aliments ou d'autres choses encore via sa plate-forme de taxi.

Il va de soi qu'il existe encore des bases de données capables de traiter différents types de données. 'Mais combien d'entre elles peuvent-elles conserver des données tant transactionnelles qu'analytiques? Il y a deux autres acteurs sur le marché, mais ils sont dix fois plus chers', déclare un Sathyamurthy très confiant.

SingleStore en chiffres

Aujourd'hui, l'entreprise occupe quelque 350 personnes et entend arriver à 500 d'ici l'année prochaine. 65 pour cent d'entre elles environ sont des développeurs de la technologie. SingleStorfe ne souhaite pas révéler son chiffre d'affaires, mais le fait est qu'elle a déjà recueilli 266 millions de dollars auprès d'IBM, de HPE et de DellEMC notamment.

L'entreprise a vu sur une base annuelle son chiffre d'affaires dans le nuage croître de 184 pour cent et de 136 pour cent en rétention de dollars (pour chaque dollar, un client dépense ensuite 1,36 dollar). Sathyamurthy: 'Notre taux de croissance annuel est de 70 pour cent, ce qui nous permettra d'être une firme milliardaire d'ici cinq ans.'

Vague de consolidation

Pour y arriver, SingleStore s'attend à ce que les entreprises consolident leurs bases de données 'et c'est là que nous voulons figurer dans le top 3. Les entreprises vont migrer des bases de données spécialisées vers des bases de données autorisant un mouvement des données'. SingleStore table aussi sur une convergence OLAP et OLTP pour les applis modernes et affirme que le SQL distribué sera plus courant.'

SingleStore combine divers types d'input, mais tourne aussi dans différents emplacements: sur site, en hybride ou chez des acteurs 'cloud' comme AWS, Azure, Google Cloud Platform, mais aussi dans une moindre mesure chez IBM, HPE et Dell (qui ont toutes trois investi également dans l'entreprise). A terme, elle entend aussi supporter des acteurs 'cloud' asiatiques tels Huawei au fur et à mesure qu'elle s'étendra en Asie. Le nuage d'Oracle ne figure pas sur la liste, mais en principe, une entreprise peut déployer la base de données n'importe où.

AWS aime lors d'événements dire haut fort combien de bases de données elle possède et qu'il y en aura d'autres encore. Cela ne fait que rendre les choses plus complexes.

Domenic Ravita, vice-president product marketing: 'Il existe un opérateur Kubernetes. On prélève simplement les binaires, on les fait tourner sur des puces X64 et sur Linux. Etant donné que chaque nuage supporte une machine virtuelle sur Linux, cela peut être du Bare Metal ou dans Kubernetes ou encore dans Docker, et c'est gratuit jusqu'à 4 noeuds. C'est ainsi aussi que nous attirons des clients, qui essaient notre solution et remarquent que cela fonctionne bien.'

Hulu est un exemple de ce type de client qui, selon SingleStore, traite quelque deux milliards de rangées de base de données par heure et qui, grâce à elle, nécessite une infrastructure de moitié moindre. Ou Akamai, qui utilise la technologie pour venir à bout à la fois plus facilement et précisément de centaines de téraoctets de données au fil de différents produits.

SingleStore voit aussi les choses en rose du côté des partenaires. Elle a entre-temps conclu un partenariat avec Sas qui va aussi vendre son produit, ainsi qu'avec IBM, avec qui elle possède une collaboration 'go-to-market'. A terme, l'entreprise espère également mettre en oeuvre une telle coopération avec d'autres investisseurs comme Dell et HPE.

Ravita ose l'affirmer clairement: 'Les acteurs 'cloud' en vue font fausse route. Andy Jassy, l'ex-CEO d'AWS, aimait lors d'événements dire haut et fort combien de bases de données son entreprise possédait, et son successeur lui emboîte le pas en ajoutant qu'il y en aura d'autres encore. Cela ne fait que rendre les choses plus complexes, mais c'est aussi un modèle commercial, car chez AWS, il faut payer pour chaque octet conservé et déplacé. Mais cela ne marchera pas pour la prochaine ère data. Il faudra en effet miser sur plus de simplicité et d'efficience.'

SingleStore

Nature: une seule base de données capable de remplacer toutes les bases de données spécialisées

Fondée en 2011

350 employés, dont 65 pour cent sont des développeurs A fait l'objet de 266 millions de dollars d'investissement

Rares sont ceux/celles qui s'enthousiasment à propos du terme 'database', mais SingleStore parvient, elle, à expliquer pourquoi les bases de données sont cruciales ou, plus exactement, pourquoi sa technologie 'database' s'avérera essentielle dans une économie numérique. L'entreprise a réussi en l'espace de quelques années à attirer des clients comme Samsung, Intel, Kellogg's, Hulu et Uber et possède des utilisateurs dans 29 pays, dont la Belgique, avec sa technologie brevetée. Un nouveau défi à relever dans un monde qui est en grande partie encore dominé par Oracle."Nous voulons réunir des données modernes', explique Suresh Sathyamurthy, Chief Marketing Officer chez SingleStore, cette entreprise qui était active jusqu'en 2020 sous l'appellation MemSQL. Et de citer Uber en exemple: 'On y collecte l'emplacement GPS du client, les conditions de circulation, l'offre et l'endroit du chauffeur, ainsi que bien d'autres données qu'il convient de regrouper ultra-rapidement pour fournir au client un prix et une heure précis. C'est beaucoup, et lorsqu'il entend qu'il devra patienter dix minutes ou que le prix suggéré sera par la suite beaucoup plus élevé, il passe simplement vers une autre appli. Voilà pourquoi les usagers recherchent une base de données capable de combiner le tout de manière rapide et évolutive.'L'entreprise entend se distinguer des firmes de bases de données proposant des solutions très spécifiques. 'Nous sommes une base de données dans un monde 'multi-database'. Nous sommes de taille à affronter de vastes gisements de données. Voilà pourquoi nous parlons d'applications sans limites et ce, non seulement pour ce qui est de l'appli que l'utilisateur possède aujourd'hui, mais aussi pour ce qu'il veut en faire à l'avenir.' Sathyamurthy fait ainsi de nouveau référence à Uber qui fait livrer aussi des aliments ou d'autres choses encore via sa plate-forme de taxi.Il va de soi qu'il existe encore des bases de données capables de traiter différents types de données. 'Mais combien d'entre elles peuvent-elles conserver des données tant transactionnelles qu'analytiques? Il y a deux autres acteurs sur le marché, mais ils sont dix fois plus chers', déclare un Sathyamurthy très confiant.Aujourd'hui, l'entreprise occupe quelque 350 personnes et entend arriver à 500 d'ici l'année prochaine. 65 pour cent d'entre elles environ sont des développeurs de la technologie. SingleStorfe ne souhaite pas révéler son chiffre d'affaires, mais le fait est qu'elle a déjà recueilli 266 millions de dollars auprès d'IBM, de HPE et de DellEMC notamment.L'entreprise a vu sur une base annuelle son chiffre d'affaires dans le nuage croître de 184 pour cent et de 136 pour cent en rétention de dollars (pour chaque dollar, un client dépense ensuite 1,36 dollar). Sathyamurthy: 'Notre taux de croissance annuel est de 70 pour cent, ce qui nous permettra d'être une firme milliardaire d'ici cinq ans.'Pour y arriver, SingleStore s'attend à ce que les entreprises consolident leurs bases de données 'et c'est là que nous voulons figurer dans le top 3. Les entreprises vont migrer des bases de données spécialisées vers des bases de données autorisant un mouvement des données'. SingleStore table aussi sur une convergence OLAP et OLTP pour les applis modernes et affirme que le SQL distribué sera plus courant.'SingleStore combine divers types d'input, mais tourne aussi dans différents emplacements: sur site, en hybride ou chez des acteurs 'cloud' comme AWS, Azure, Google Cloud Platform, mais aussi dans une moindre mesure chez IBM, HPE et Dell (qui ont toutes trois investi également dans l'entreprise). A terme, elle entend aussi supporter des acteurs 'cloud' asiatiques tels Huawei au fur et à mesure qu'elle s'étendra en Asie. Le nuage d'Oracle ne figure pas sur la liste, mais en principe, une entreprise peut déployer la base de données n'importe où.Domenic Ravita, vice-president product marketing: 'Il existe un opérateur Kubernetes. On prélève simplement les binaires, on les fait tourner sur des puces X64 et sur Linux. Etant donné que chaque nuage supporte une machine virtuelle sur Linux, cela peut être du Bare Metal ou dans Kubernetes ou encore dans Docker, et c'est gratuit jusqu'à 4 noeuds. C'est ainsi aussi que nous attirons des clients, qui essaient notre solution et remarquent que cela fonctionne bien.'Hulu est un exemple de ce type de client qui, selon SingleStore, traite quelque deux milliards de rangées de base de données par heure et qui, grâce à elle, nécessite une infrastructure de moitié moindre. Ou Akamai, qui utilise la technologie pour venir à bout à la fois plus facilement et précisément de centaines de téraoctets de données au fil de différents produits.SingleStore voit aussi les choses en rose du côté des partenaires. Elle a entre-temps conclu un partenariat avec Sas qui va aussi vendre son produit, ainsi qu'avec IBM, avec qui elle possède une collaboration 'go-to-market'. A terme, l'entreprise espère également mettre en oeuvre une telle coopération avec d'autres investisseurs comme Dell et HPE.Ravita ose l'affirmer clairement: 'Les acteurs 'cloud' en vue font fausse route. Andy Jassy, l'ex-CEO d'AWS, aimait lors d'événements dire haut et fort combien de bases de données son entreprise possédait, et son successeur lui emboîte le pas en ajoutant qu'il y en aura d'autres encore. Cela ne fait que rendre les choses plus complexes, mais c'est aussi un modèle commercial, car chez AWS, il faut payer pour chaque octet conservé et déplacé. Mais cela ne marchera pas pour la prochaine ère data. Il faudra en effet miser sur plus de simplicité et d'efficience.'