"Nous avons réalisé un solide trimestre (...). Par conséquent, nous allons relever notre prévision de résultats pour 2016, et ce même si l'environnement macroéconomique et géopolitique reste une source d'inquiétude pour nos marchés", a résumé Joe Kaeser, le patron qui s'affaire à redresser la rentabilité du géant industriel depuis plus de deux ans.

Le bénéfice net par action est désormais attendu sur l'exercice entre 6 et 6,40 euros, contre une fourchette allant de 5,90 à 6,20 euros auparavant.

Siemens, fabrique aussi des systèmes industriels, des éoliennes, des scanners médicaux ou des trains, a dévoilé un peu en avance son bilan financier des mois d'octobre à décembre, à la faveur de l'annonce de son acquisition de CD-adapco.

Cette société américaine de 900 employés est spécialisée dans les logiciels de simulation.

Cette acquisition rentre dans la logique de Siemens de se développer dans la numérisation des processus industriels.

CD-adapco affiche un chiffre d'affaires annuel de quelque 200 millions de dollars et compte parmi ses clients notamment des constructeurs automobiles et des groupes aéronautiques. (Belga)