Selon le Moniteur d'accessibilité annuel, 17,9 pour cent des sites examinés sont suffisamment accessibles, mais 82,1 pour cent affichent un score insuffisant. L'étude porte sur un échantillon de 173 sites web belges qui ont été testés par des étudiants durant l'année académique écoulée à la demande d'Anysurfer, qui promotionne l'accessibilité des sites web.

Anysurfer a examiné pour le Moniteur d'accessibilité un certain nombre de points qui rendent la visite d'un site web nettement plus malaisée pour les aveugles, les malvoyants, mais aussi pour les sourds ou les personnes dyslexiques ou souffrant d'un trouble de la concentration. Et ce n'est pas anodin dans la mesure où ces gens représentent quand même 15 pour cent de la population.

C'est ainsi que pour les aveugles, il est important que le titre d'une page web ou le texte proche d'une illustration soient bien mis en évidence. Idéalement, il doit être aussi aisé de faire défiler le contenu d'un site au moyen de la touche de tabulation et sans l'aide d'une souris. Mais le sous-titrage des vidéos ou le respect de la norme HTML sont également importants en vue d'améliorer la navigation sur un site web pour les surfeurs souffrant d'un handicap.

Anysurfer, un projet de Blindenzorg Licht en Liefde vzw, ne pointe pas du doigt les sites qui ne sont pas en ordre, mais l'organisation entend avec son Moniteur sensibiliser les développeurs web. C'est ainsi qu'en respectant simplement quelques directives, il est souvent possible d'accroître sensiblement l'efficience d'une page web.

Le Moniteur d'accessibilité peut être consulté ici. Une check-list des sites web accessibles se trouve ici.