Ces résultats ont été publiés cette semaine dans The Login Experience Customers Want, une étude internationale sur le Customer Identity and Access Management (CIAM). Dans ce but, ce sont pas moins de 8.000 consommateurs et 1.200 décideurs IT et marketing sur six marchés qui ont été interrogés. Conclusion importante: quasiment la moitié (49 pour cent) des consommateurs européens sondés signalent s'enregistrer plus rapidement à une appli ou à un service en ligne si l'entreprise propose l'authentification à plusieurs facteurs (MFA).

'L'Europe accuse du retard'

Quelque 47 pour cent déclarent vouloir s'enregistrer si l'entreprise en question dispose du Single Sign-On (SSO), par lequel un seul ID et mot de passe est utilisé pour plusieurs services, suivi par la biométrie (46 pour cent), les connexions sociales de services comme Facebook (37 pour cent) et le login sans mot de passe (34 pour cent).

Même si 46 pour cent des entreprises européennes interrogées possèdent bien des possibilités SSO, seul un quart d'entre elles (28 pour cent) propose la MFA. De plus, seuls 27 pour cent proposent le login sans mot de passe en option, 26 pour cent les connexions sociales, et 15 pour cent la biométrie, comme une empreinte digitale. Parmi les mêmes entreprises européennes, 12 pour cent des décideurs IT et marketing signalent ne proposer aucune de ces technologies de login.

Si on compare les résultats de cette étude au niveau international, les organisations européennes se situent au même niveau que leurs pendantes de la zone Asie-Pacifique pour ce qui est des possibilités de login SSO. Mais elles accusent énormément de retard pour ce qui est de proposer des technologies telles les connexions sociales, la biométrie et la MFA. Sur le plan de la MFA, il reste pas mal de pain sur la planche pour les entreprises européennes. Comme susmentionné, seuls 15 pour cent d'entre elles proposent en effet la biométrie sur notre continent, contre 34 pour cent à Singapour et en Australie.

Recherche des alternatives

'Ce qu'on observe au Benelux, c'est que les clients préfèrent se connecter avec leur identité nationale ou des comptes de médias sociaux qu'avec des mots de passe', affirme Kris Imbrechts, regional director northern & southern Europe chez Auth0. 'Si aucune de ces options n'est disponible, le risque existe qu'ils décrochent et recherchent une alternative qui dispose de ces possibilités.'

Ces résultats ont été publiés cette semaine dans The Login Experience Customers Want, une étude internationale sur le Customer Identity and Access Management (CIAM). Dans ce but, ce sont pas moins de 8.000 consommateurs et 1.200 décideurs IT et marketing sur six marchés qui ont été interrogés. Conclusion importante: quasiment la moitié (49 pour cent) des consommateurs européens sondés signalent s'enregistrer plus rapidement à une appli ou à un service en ligne si l'entreprise propose l'authentification à plusieurs facteurs (MFA).Quelque 47 pour cent déclarent vouloir s'enregistrer si l'entreprise en question dispose du Single Sign-On (SSO), par lequel un seul ID et mot de passe est utilisé pour plusieurs services, suivi par la biométrie (46 pour cent), les connexions sociales de services comme Facebook (37 pour cent) et le login sans mot de passe (34 pour cent).Même si 46 pour cent des entreprises européennes interrogées possèdent bien des possibilités SSO, seul un quart d'entre elles (28 pour cent) propose la MFA. De plus, seuls 27 pour cent proposent le login sans mot de passe en option, 26 pour cent les connexions sociales, et 15 pour cent la biométrie, comme une empreinte digitale. Parmi les mêmes entreprises européennes, 12 pour cent des décideurs IT et marketing signalent ne proposer aucune de ces technologies de login.Si on compare les résultats de cette étude au niveau international, les organisations européennes se situent au même niveau que leurs pendantes de la zone Asie-Pacifique pour ce qui est des possibilités de login SSO. Mais elles accusent énormément de retard pour ce qui est de proposer des technologies telles les connexions sociales, la biométrie et la MFA. Sur le plan de la MFA, il reste pas mal de pain sur la planche pour les entreprises européennes. Comme susmentionné, seuls 15 pour cent d'entre elles proposent en effet la biométrie sur notre continent, contre 34 pour cent à Singapour et en Australie.'Ce qu'on observe au Benelux, c'est que les clients préfèrent se connecter avec leur identité nationale ou des comptes de médias sociaux qu'avec des mots de passe', affirme Kris Imbrechts, regional director northern & southern Europe chez Auth0. 'Si aucune de ces options n'est disponible, le risque existe qu'ils décrochent et recherchent une alternative qui dispose de ces possibilités.'