Il s'agit d'une déclaration d'intention de céder l'entreprise au management local, à condition évidemment que les autorités sur place l'approuvent. Chez Schneider, on déclare que les activités russes représentent quelque deux pour cent de son chiffre d'affaires total. Et on ajoute envisager 300 millions d'euros d'amortissement, ainsi que 120 millions de perte de valeur.

Scheider Electric avait en février déjà interrompu ses investissements et ses livraisons en Russie et en Biélorussie. En tout, ce sont pas moins de 3.500 personnes qui travaillent pour l'entreprise dans ces deux pays. Scheider Electric indique vouloir tout faire pour les soutenir.

Dans son communiqué, l'entreprise évoque une cession à la direction russe, sans citer explicitement la Biélorussie. Mais il est probable que les activités dans ce dernier pays seront également cédées à la direction russe locale.

Il s'agit d'une déclaration d'intention de céder l'entreprise au management local, à condition évidemment que les autorités sur place l'approuvent. Chez Schneider, on déclare que les activités russes représentent quelque deux pour cent de son chiffre d'affaires total. Et on ajoute envisager 300 millions d'euros d'amortissement, ainsi que 120 millions de perte de valeur.Scheider Electric avait en février déjà interrompu ses investissements et ses livraisons en Russie et en Biélorussie. En tout, ce sont pas moins de 3.500 personnes qui travaillent pour l'entreprise dans ces deux pays. Scheider Electric indique vouloir tout faire pour les soutenir.Dans son communiqué, l'entreprise évoque une cession à la direction russe, sans citer explicitement la Biélorussie. Mais il est probable que les activités dans ce dernier pays seront également cédées à la direction russe locale.