Le départ de Van Uffelen a été constaté par Computable. Van Uffelen a ensuite confirmé son licenciement à Data News. Ericsson occupe dans notre pays quelque trois cents personnes, qui en ont été informées lundi.

Dans une réaction, Ericsson annonce avoir engagé Rémi de Montgolfier (44 ans) pour succéder à Van Uffelen. Il travaille depuis 2012 pour Ericsson, où sa fonction la plus récente sur le marché français était directeur des relations avec Orange France.

Dans une interview accordée à Data News, Van Uffelen déclare comprendre la situation. Elle a débarqué chez Ericsson en avril 2014. "Depuis lors, nous y avons mis en place une nouvelle organisation et une nouvelle culture, ce qui nous a permis d'accompagner les collaborateurs dans leurs compétences, qu'elles soient acquises ou nouvelles", précise Van Uffelen. Elle insiste cependant sur le fait que son départ est indépendant des résultats, qui seraient excellents au niveau des activités en Belgique.

Elle n'a pas encore de projet d'avenir concret. Elle reste évasive à la question de savoir si elle restera dans le secteur technologique: "Avant, la technologie était un secteur particulier, alors qu'aujourd'hui, chaque entreprise possède une couche technologique transversale. L'IT n'est plus simplement un poste de coûts destiné à garantir l'efficience. Elle génère plutôt la disruption et le changement pour le futur."

"Je suis convaincue que pour beaucoup d'entreprises et leur CEO se profile une période incroyablement passionnante. Le dernier tronçon reliant l'aspect technique de la numérisation et sa mise en oeuvre est à présent en cours de réalisation. La révolution technique doit être à présent transformée en une révolution humaine. Les entreprises prennent conscience que 'the purpose economy' exige bien plus que seulement un chiffre d'affaires et des résultats. La prochaine génération devra terminer la transformation ('the change') sous l'égide de directeurs du personnel expérimentés et familiarisés avec les compétences numériques.

"J'ai de la chance d'avoir eu pas mal d'opportunités de me spécialiser. Ce dernier tronçon, c'est aussi ma passion. Je souhaite donc contribuer à la réalisation de 'the last mile', comme on l'appelle."

Van Uffelen siège en outre au sein des conseils d'administration de BeCentral, Axa et Bpost. Elle conservera ces fonctions. Elle est depuis des années aussi Digital Champion, ce qui signifie qu'elle est l'ambassadrice technologique belge auprès de l'UE. Ce mandat, qui a été prolongé pour l'année 2019, elle le gardera également.