Samsung est une multinationale aux nombreuses ramifications, même si sur le marché télécom, elle se distingue surtout avec ses smartphones, dont elle est encore et toujours le numéro un malgré un léger recul.

Selon l'agence de presse Reuters, l'entreprise envisage à présent une opportunité de stimuler sa division 'réseaux'. Selon Reuters, Samsung déplace actuellement des top-managers et du personnel de sa division 'appareils' vers sa branche 'réseaux', afin de devenir un acteur éminent dans le domaine des réseaux 5G. Un marché qui semble aujourd'hui surtout réservé à Huawei, Nokia et Ericsson.

Le moment n'a pas été choisi au hasard par Samsung, puisque divers opérateurs sont activement occupés à effectuer des tests et que les choix des partenaires 5G sont en train d'être faits. En général, beaucoup d'opérateurs sont tentés d'opter pour le même partenaire que pour leur réseau 4G, mais à présent que les Etats-Unis affirment ouvertement (provisoirement encore sans produire de preuve) qu'Huawei représente un risque d'espionnage de la part de la Chine, Samsung y voit la possibilité de saisir sa chance.

"Nous préparons notre activité 'réseaux' pour saisir les opportunités sur ce marché à un moment où Huawei fait l'objet d'avertissements en matière de sécurité", déclare une source de Samsung à Reuters.

Orange (la société-mère française, pas l'opérateur belge) notamment effectuerait cette année des tests 5G avec Samsung. Et l'opérateur indien relativement nouveau Reliance Jio négocierait également avec l'entreprise pour une collaboration sur le plan de la 5G.

Selon le connaisseur du marché Dell'Oro Group, Samsung possède actuellement trois pour cent de part sur le marché mondial des infrastructures, alors qu'Huawei en est aujourd'hui à 28 pour cent.

La question est de savoir si Samsung pourra augmenter de beaucoup sa part de marché, car Nokia et Ericsson se préparent également à aller de l'avant. Ces dernières années, les deux acteurs ont été contraints de se restructurer fortement, mais ils ont pu aussi étoffer leur expertise. Nokia a ainsi racheté Alcatel-Lucent, alors qu'Ericsson a repris des pans de la firme Nortel qui a entre-temps rendu l'âme.