Il y a quelques années encore, cela n'aurait pas été possible, mais en 2015, les choses changent: Microsoft est l'un des acteurs principaux de Dreamforce à San Francisco. Le CEO de Salesforce, Marc Benioff, a même annoncé lors de son discours inaugural des tas de nouvelles intégrations entre les produits de Microsoft et la plate-forme CRM de Salesforce.

C'est ainsi que Skype for Business (l'ex-Lync) par exemple pourra être utilisé au sein de Salesforce Lightning Experience (la nouvelle appellation du produit phare CRM de Salesforce). En d'autres mots, l'on pourra bientôt appeler et vidéo-chatter sans devoir quitter Salesforce.

Salesforce prévoit également l'intégration de OneNote pour permettre aux utilisateurs de prendre des notes et d'y faire des adaptations dans la plate-forme CRM. Le contenu de Salesforce sera pour sa part disponible pour Office Graph et Office Delve. Et dans la seconde moitié de l'année prochaine, l'on prévoit une version Windows 10 spéciale de l'appli Salesforce1.

Microsoft sera par ailleurs aussi le principal partenaire de lancement du Salesforce IoT Cloud, début de l'an prochain. Le géant du software de Redmond permettra de diffuser les données provenant d'Office 365 (d'Azure donc) vers le Salesforce IoT Cloud, où elles pourront être analysées plus en profondeur.

Collaboration

L'année dernière déjà, quelques intégrations entre les gammes de produits des deux entreprises avaient été annoncées. A présent, le duo poursuit donc sur cet élan. S'il y a une chose de claire qui s'en dégage, c'est que les avantages d'une telle collaboration pèsent plus lourd que les coûts.

Microsoft aura accès à la gigantesque clientèle de Salesforce, et Salesforce fera plaisir à ses utilisateurs (qui travaillent souvent avec des produits de Microsoft) en prévoyant pour eux de meilleures possibilités collaboratives, quelque chose que les CIO demandent depuis assez longtemps déjà.

Un détail piquant pour terminer: en mai dernier encore, une rumeur allait bon train à propos du fait que Salesforce aurait rejeté une offre de rachat de Microsoft d'un montant de 55 milliards de dollars. Toujours selon la même rumeur, son CEO Marc Benioff aurait demandé au moins 70 milliards de dollars...

Il y a quelques années encore, cela n'aurait pas été possible, mais en 2015, les choses changent: Microsoft est l'un des acteurs principaux de Dreamforce à San Francisco. Le CEO de Salesforce, Marc Benioff, a même annoncé lors de son discours inaugural des tas de nouvelles intégrations entre les produits de Microsoft et la plate-forme CRM de Salesforce. C'est ainsi que Skype for Business (l'ex-Lync) par exemple pourra être utilisé au sein de Salesforce Lightning Experience (la nouvelle appellation du produit phare CRM de Salesforce). En d'autres mots, l'on pourra bientôt appeler et vidéo-chatter sans devoir quitter Salesforce. Salesforce prévoit également l'intégration de OneNote pour permettre aux utilisateurs de prendre des notes et d'y faire des adaptations dans la plate-forme CRM. Le contenu de Salesforce sera pour sa part disponible pour Office Graph et Office Delve. Et dans la seconde moitié de l'année prochaine, l'on prévoit une version Windows 10 spéciale de l'appli Salesforce1. Microsoft sera par ailleurs aussi le principal partenaire de lancement du Salesforce IoT Cloud, début de l'an prochain. Le géant du software de Redmond permettra de diffuser les données provenant d'Office 365 (d'Azure donc) vers le Salesforce IoT Cloud, où elles pourront être analysées plus en profondeur.Collaboration L'année dernière déjà, quelques intégrations entre les gammes de produits des deux entreprises avaient été annoncées. A présent, le duo poursuit donc sur cet élan. S'il y a une chose de claire qui s'en dégage, c'est que les avantages d'une telle collaboration pèsent plus lourd que les coûts.Microsoft aura accès à la gigantesque clientèle de Salesforce, et Salesforce fera plaisir à ses utilisateurs (qui travaillent souvent avec des produits de Microsoft) en prévoyant pour eux de meilleures possibilités collaboratives, quelque chose que les CIO demandent depuis assez longtemps déjà. Un détail piquant pour terminer: en mai dernier encore, une rumeur allait bon train à propos du fait que Salesforce aurait rejeté une offre de rachat de Microsoft d'un montant de 55 milliards de dollars. Toujours selon la même rumeur, son CEO Marc Benioff aurait demandé au moins 70 milliards de dollars...