La peur d'une contamination du personnel par le coronavirus est amplement ressentie dans certaines firmes technologiques. Et pas des moindres: LG, Ericsson et ZTE occupent généralement chacune sans problème un hall d'exposition complet au Mobile World Congress. ZTE sera provisoirement présente à Barcelone, mais avec une délégation moindre. La firme télécom chinoise a entre-temps déjà supprimé sa conférence de presse habituelle. Selon CNET, Samsung envisagerait à présent aussi un tel scénario, mais cette information n'a pas encore été confirmée.

L'entreprise sud-coréenne LG Electronics ne sera, elle, pas présente du tout au salon télécom cette année. Dans un communiqué, elle déclare avoir suivi de près la situation engendrée par la propagation du coronavirus et avoir pris ensuite la décision de renoncer à l'événement télécom numéro un de l'année: "Ce faisant, nous excluons le risque que des centaines de nos collaborateurs puissent être exposés au virus, puisque ce dernier se manifeste à présent aussi en dehors des frontières nationales chinoises."

A cause du coronavirus, LG ne participera pas non plus à deux autres salons. C'est ainsi que le géant technologique sera cette année aussi absent de l'Integrated Systems Europe d'Amsterdam (du 11 au 14 février) ainsi que du salon professionnel Euroshop de Düsseldorf (du 16 au 20 février). L'entreprise a ajouté que ses nouveaux produits planifiés seraient présentés ultérieurement lors d'autres événements de moindre importance.

Par la voix de son directeur Börje Ekholm, Ericsson a fait savoir de son côté que c'était 'une décision difficile à prendre': "Mais la santé et la sécurité de nos collaborateurs, clients et autres parties prenantes sont notre top-priorité. C'était donc le choix le plus judicieux que nous pouvions faire."

Des firmes telles ZTE et LG possèdent de nombreuses usines et filiales en Chine, ce qui a sans aucun doute joué un rôle essentiel dans leur décision de ne pas se rendre à Barcelone. Ericsson par contre est basée en Suède et est donc la première entreprise télécom européenne à laisser tomber MWC. Ce choix pourrait inciter d'autres firmes occidentales à 'sauter' le salon cette année.

GSMA, l'organisation à l'initiative de MWC, s'est empressée dimanche soir d'annoncer par un message de presse que l'événement 'aura bien lieu comme prévu' et que 'plus de 2.800 autres exposants seront toujours présents'. A Barcelone, des mesures de sécurité complémentaires seront aussi prises. C'est ainsi que les visiteurs de la province chinoise d'Hubei n'auront simplement pas accès au salon et que la température de tous les visiteurs sera mesurée.

Entre-temps, la tension monte aussi parmi les journalistes accrédités pour MWC 2020. La presse y est représentée par milliers chaque année, mais comme toujours plus d'entreprises se décommandent, les nouvelles risquent d'être nettement moins nombreuses pour les représentants des médias. Il convient d'ajouter que la peur du coronavirus touche tout aussi ces derniers, ce qui fait que pas mal de journalistes préféreront couvrir le salon de leur ordinateur à la rédaction.

Comme on le constate, des nuages sombres s'amoncellent déjà dans le ciel du Mobile World Congress. Reste à savoir si on pourra revoir le soleil d'ici là. Les pessimistes parlent en tout cas aujourd'hui déjà d'une première année sans MWC. Affaire à suivre...

La peur d'une contamination du personnel par le coronavirus est amplement ressentie dans certaines firmes technologiques. Et pas des moindres: LG, Ericsson et ZTE occupent généralement chacune sans problème un hall d'exposition complet au Mobile World Congress. ZTE sera provisoirement présente à Barcelone, mais avec une délégation moindre. La firme télécom chinoise a entre-temps déjà supprimé sa conférence de presse habituelle. Selon CNET, Samsung envisagerait à présent aussi un tel scénario, mais cette information n'a pas encore été confirmée.L'entreprise sud-coréenne LG Electronics ne sera, elle, pas présente du tout au salon télécom cette année. Dans un communiqué, elle déclare avoir suivi de près la situation engendrée par la propagation du coronavirus et avoir pris ensuite la décision de renoncer à l'événement télécom numéro un de l'année: "Ce faisant, nous excluons le risque que des centaines de nos collaborateurs puissent être exposés au virus, puisque ce dernier se manifeste à présent aussi en dehors des frontières nationales chinoises."A cause du coronavirus, LG ne participera pas non plus à deux autres salons. C'est ainsi que le géant technologique sera cette année aussi absent de l'Integrated Systems Europe d'Amsterdam (du 11 au 14 février) ainsi que du salon professionnel Euroshop de Düsseldorf (du 16 au 20 février). L'entreprise a ajouté que ses nouveaux produits planifiés seraient présentés ultérieurement lors d'autres événements de moindre importance.Par la voix de son directeur Börje Ekholm, Ericsson a fait savoir de son côté que c'était 'une décision difficile à prendre': "Mais la santé et la sécurité de nos collaborateurs, clients et autres parties prenantes sont notre top-priorité. C'était donc le choix le plus judicieux que nous pouvions faire."Des firmes telles ZTE et LG possèdent de nombreuses usines et filiales en Chine, ce qui a sans aucun doute joué un rôle essentiel dans leur décision de ne pas se rendre à Barcelone. Ericsson par contre est basée en Suède et est donc la première entreprise télécom européenne à laisser tomber MWC. Ce choix pourrait inciter d'autres firmes occidentales à 'sauter' le salon cette année.GSMA, l'organisation à l'initiative de MWC, s'est empressée dimanche soir d'annoncer par un message de presse que l'événement 'aura bien lieu comme prévu' et que 'plus de 2.800 autres exposants seront toujours présents'. A Barcelone, des mesures de sécurité complémentaires seront aussi prises. C'est ainsi que les visiteurs de la province chinoise d'Hubei n'auront simplement pas accès au salon et que la température de tous les visiteurs sera mesurée.Entre-temps, la tension monte aussi parmi les journalistes accrédités pour MWC 2020. La presse y est représentée par milliers chaque année, mais comme toujours plus d'entreprises se décommandent, les nouvelles risquent d'être nettement moins nombreuses pour les représentants des médias. Il convient d'ajouter que la peur du coronavirus touche tout aussi ces derniers, ce qui fait que pas mal de journalistes préféreront couvrir le salon de leur ordinateur à la rédaction.Comme on le constate, des nuages sombres s'amoncellent déjà dans le ciel du Mobile World Congress. Reste à savoir si on pourra revoir le soleil d'ici là. Les pessimistes parlent en tout cas aujourd'hui déjà d'une première année sans MWC. Affaire à suivre...