Il est question ici d'un accord de collaboration pluriannuel, dont aucun détail financier n'a été révélé. Les ordinateurs embarqués tourneront sur le système d'exploitation Android de Google, ce qui permettra de rendre des services tels Google Maps, Google Assistent et le Google Play Store disponibles aussi dans les voitures.

Chute du cours de l'action TomTom

Cette collaboration est une mauvaise nouvelle pour TomTom. A la bourse d'Amsterdam, l'action du fournisseur néerlandais de services de navigation a ce mardi matin plongé dans le rouge vif. Aux environs de 10H15', le cours de l'action TomTom s'était en effet replié de quasiment 19 pour cent à 6,93 euros.

"C'est vraiment un très sale coup pour TomTom", selon l'analyste Jos Versteeg d'InsingerGilissen. "TomTom a toujours répété que l'industrie automobile ne voulait pas travailler avec Google et qu'elle préférait un producteur de cartes indépendant comme TomTom. Et la voilà qui change d'avis et qui fait les yeux doux à Google."