"Nombre d'entreprises et d'organisations stockent leurs vieux PC, équipements, machines à café et autres produits électroniques dans des armoires, parce qu'elles n'ont tout simplement pas une solution toute faite pour s'en débarrasser de manière à la fois rapide, facile et légale. C'est ainsi qu'une organisation de moyenne importance emmagasine 200 kilos de matériel électronique désuet ou usé", déclare-t-on chez Recupel. Pour cette a.s.b.l. qui organise la collecte et le traitement du matériel électronique hors d'usage, cela représente un "potentiel de recyclage inexploité".

Pour trouver une solution, Recupel a mis au point une plate-forme numérique, où les entreprises peuvent proposer leur ancien électro. La plate-forme a été testée ces six derniers mois à Bruxelles et en Flandre Occidentale. Aujourd'hui même, lors de l'International E-Waste Day, l'a.s.b.l. annonce que Smartloop sera déployée dans toute la Belgique.

© Recupel

Sur cette plate-forme, les entreprises peuvent insérer une photo ou un descriptif des appareils, dont elles veulent se débarrasser. Des récupérateurs agréés proposent alors leur meilleure offre, après quoi les entreprises peuvent découvrir directement les prix les plus intéressants. Une fois qu'elles ont choisi un récupérateur, elles peuvent convenir avec la fonction de clavardage (chat) d'un endroit et d'un jour pour l'enlèvement du matériel concerné.

Libre marché

"Si une entreprise propose un très gros volume d'appareils ou s'il s'agit d'électro contenant pas mal de matériaux précieux, comme c'est le cas d'anciens ordinateurs portables ou GSM, elle pourra encore empocher un complément financier. Si tel n'est pas le cas, elle s'acquittera logiquement des coûts de transport et de recyclage. Ce faisant, les accords tarifaires sont toujours conformes aux prix du marché et se concluent toujours directement avec le récupérateur. Les règles du libre marché s'appliquent dans ce cas, et Recupel ne s'y immisce jamais", déclare Hederik Tijs, Chief Operating Officer chez Recupel.

Sur Smartloop, les entreprises peuvent elles-mêmes indiquer si leurs appareils conviennent encore pour une réutilisation. Dans ce cas, les données en sont supprimées, et les appareils font l'objet d'une deuxième vie par le biais de magasins de seconde main. Si tel n'est pas cas, ils sont recyclés, et leurs composants précieux sont de nouveau utilisés pour d'autres appareils.