Recovr travaille depuis un an et demi déjà avec des moyens propres au développement d'une plate-forme d'automatisation en matière de recouvrement de dettes. Cette plate-forme centralise les informations relatives à l'ensemble des processus de suivi et d'encaissement (de l'envoi d'une facture jusqu'à l'intervention d'un huissier), en ce compris la communication entre les parties impliquées (débiteur, centre d'appels, avocat et huissier). Elle devrait offrir plusieurs avantages concrets. Facture payée en retard? La plate-forme lance alors automatiquement un rappel par exemple.

Ces 300.000 euros de capital de démarrage supplémentaire - en provenance de deux business angels en fintech non nommément cités - devraient à présent faire en sorte que le produit puisse être commercialisé. Le cofondateur de Recovr, Alessandro Drappa, déclare à ce propos: "Nous avons sciemment opté pour ce qu'on appelle du 'smart money'. Les investisseurs fintech, qui soutiennent Recovr, connaissent bien le secteur, dans lequel l'entreprise évolue, et se comportent comme des actionnaires. De plus, l'un de ces investisseurs est flamand et dispose d'un réseau intéressant dans le nord du pays. Il s'agit donc là d'un atout indéniable pour notre futur lancement en Flandre."

Alessandro Drappa a fondé l'entreprise conjointement avec son père, Gerardo Drappa. Ce dernier possède une grande expérience dans le domaine comptable et a travaillé entre autres chez KPMG en tant que Director Accountancy pour la région francophone. La startup est établie à Bruxelles et en Wallonie et possède actuellement une équipe de deux collaborateurs en plus des deux cofondateurs. Recovr est également membre de l'incubateur et accélérateur d'entreprises KBC Start it.