QuTech est un partenariat entre l'Université technique de Delft et TNO, l'organisation néerlandaise pour la recherche en sciences naturelles appliquées. Depuis l'an dernier, le simulateur, appelé NetSquid, est utilisé à travers le monde par des scientifiques spécialisés.

Désormais, l'organisation le met également à la disposition des utilisateurs et bêta-testeurs intéressés. L'objectif est de faire découvrir au monde le concept et les possibilités des réseaux quantiques.

NetSquid (Network Simulator for Quantum Information using Discrete events) permet de construire des réseaux quantiques (virtuels) en connectant de petits processeurs quantiques par des canaux optiques et d'échanger ainsi des qubits. Dans un avenir (lointain), ces réseaux quantiques pourront également être connectés entre eux sur un "internet quantique" propre.

Avec le simulateur, QuTech espère, entre autres, pouvoir étudier la stabilité et les performances de ces réseaux. Actuellement, un qubit a une durée limitée avant de devenir instable. Afin d'y remédier, une organisation doit trouver des moyens intelligents de gérer et programmer de grandes quantités de ces particules instables ou non, pour que l'ensemble continue de fonctionner.

Quiconque veut le tester doit d'abord s'enregistrer sur le NetSquid Community Forum. On peut aussi y consulter la documentation et les informations que QuTech met à disposition.

Les ordinateurs quantiques sont considérés par les chercheurs comme une solution alternative à la technologie informatique actuelle, qui semble peu à peu atteindre ses limites. Les ordinateurs quantiques ont une architecture très différente de celle des ordinateurs traditionnels. Un ordinateur quantique utilise des "qubits" et non des "bits", qui présentent les deux états "zéro" et "un" (désactivé ou activé). Les qubits peuvent être activés, désactivés, ou activés et désactivés en même temps. Bien qu'il faille surmonter un grand nombre d'obstacles pour faire démarrer et tourner ce système, l'ordinateur quantique a le potentiel de devenir beaucoup plus puissant que ne le permet notre technologie traditionnelle actuelle.

QuTech est un partenariat entre l'Université technique de Delft et TNO, l'organisation néerlandaise pour la recherche en sciences naturelles appliquées. Depuis l'an dernier, le simulateur, appelé NetSquid, est utilisé à travers le monde par des scientifiques spécialisés. Désormais, l'organisation le met également à la disposition des utilisateurs et bêta-testeurs intéressés. L'objectif est de faire découvrir au monde le concept et les possibilités des réseaux quantiques.NetSquid (Network Simulator for Quantum Information using Discrete events) permet de construire des réseaux quantiques (virtuels) en connectant de petits processeurs quantiques par des canaux optiques et d'échanger ainsi des qubits. Dans un avenir (lointain), ces réseaux quantiques pourront également être connectés entre eux sur un "internet quantique" propre. Avec le simulateur, QuTech espère, entre autres, pouvoir étudier la stabilité et les performances de ces réseaux. Actuellement, un qubit a une durée limitée avant de devenir instable. Afin d'y remédier, une organisation doit trouver des moyens intelligents de gérer et programmer de grandes quantités de ces particules instables ou non, pour que l'ensemble continue de fonctionner. Quiconque veut le tester doit d'abord s'enregistrer sur le NetSquid Community Forum. On peut aussi y consulter la documentation et les informations que QuTech met à disposition. Les ordinateurs quantiques sont considérés par les chercheurs comme une solution alternative à la technologie informatique actuelle, qui semble peu à peu atteindre ses limites. Les ordinateurs quantiques ont une architecture très différente de celle des ordinateurs traditionnels. Un ordinateur quantique utilise des "qubits" et non des "bits", qui présentent les deux états "zéro" et "un" (désactivé ou activé). Les qubits peuvent être activés, désactivés, ou activés et désactivés en même temps. Bien qu'il faille surmonter un grand nombre d'obstacles pour faire démarrer et tourner ce système, l'ordinateur quantique a le potentiel de devenir beaucoup plus puissant que ne le permet notre technologie traditionnelle actuelle.