Les administrateurs, qui ont finalement fait tourner leur parc d'ordinateurs sur Windows 10, peuvent s'attendre d'ici six mois à une migration vers Windows 11. Microsoft déclare que la plupart des appareils de ces 18 à 24 derniers mois seront compatibles, et fournit des explications plus techniques sur le trajet de mise à niveau.

Le contrôle pourra se faire via le PC Health Checker sur les appareils tournant sur Windows 10 Home, Pro et Pro for Workstations. Pour les appareils tournant sur Windows 10 Enterprise et Education, cela se fera via les gestionnaires IT. Ces outils n'existent actuellement pas encore, mais sont en préparation.

Microsoft souligne de fortes similitudes. C'est ainsi que Windows 11 recevra également des mises à jour mensuelles pour la correction des bugs et des brèches sécuritaires, alors que chaque année durant le second semestre, il y a aura une importante update du système d'exploitation. Pour ce qui est de la compatibilité des applis, 99,7 pour cent de celles tournant sur Windows 10 devraient être compatibles avec Windows 11. Les conditions de licence resteront également les mêmes.

Les entreprises, qui préféreront rester sur Windows 10 au cours des années à venir, le pourront. Le système recevra les mises à jour sécuritaires jusqu'en 2025. Cet automne, il y aura encore une importante mise à jour de contenu. Des updates sont également prévues pour supporter Microsoft 365 un peu plus encore.

Développeurs

Lors de MS Build, le CEO de Microsoft Satya Nadella avait déjà fait explicitement observer que le Microsoft Store serait le magasin d'applications le plus flexible et financièrement convivial. Cette déclaration se concrétise à présent, et le Microsoft Store a été rénové.

Windows 11, Microsoft
Windows 11 © Microsoft

C'est ainsi que le Store supportera désormais Win32, .NET et PWA (Progressive Web Apps) et que les applis Android de l'Amazon Store tourneront sur Windows. Cela se fera à terme via la technologie Intel Bridge, mais tant Intel que Microsoft ont informé The Verge que la technologie fonctionnera aussi sur les PC embarquant des puces AMD ou ARM.

Il existera un Windows App SDK, connu jusqu'à présent sous l'appellation Project Reunion, qui vous permettra d'intégrer des fonctions Windows 11 spécifiques dans vos applis. Selon Microsoft, il sera encore étoffé dans un avenir proche. Il sera aussi possible de développer des applis tournant par défaut sur des PC Windows équipés de puces ARM avec l'ARM64 Emulation Compatible ABI. Vous pourrez aussi adapter vos applis davantage encore à l'interface utilisateur de Windows 11, avec de nouvelles icônes, une typographie rafraîchie et une palette de couleurs correspondante.

Pour les développeurs de jeux, il y aura un Game Development Kit (GDK) disponible gratuitement sur GitHub.

Avec ou sans marge

Sur le plan financier, Microsoft proposera un choix étonnant. D'origine, le Microsoft Store demandera 15 pour cent du chiffre d'affaires pour les applis (12 pour cent pour les jeux). Mais quiconque ne souhaitera pas utiliser la Microsoft Commerce Platform et intégrera dans les applis une plate-forme commerciale propre (ou extérieure), pourra conserver cent pour cent de son chiffre d'affaires, même si cette exception ne s'appliquera pas aux jeux.

Cette règle entrera en vigueur le 28 juillet et arrive à un moment où le concurrent Apple se trouve dans la ligne de mire pour les marges qu'elle exige des développeurs d'applis et de jeux. Cela fait des années déjà qu'Apple prend nettement trop de marge via son App Store, une marge qui n'était jusqu'il y a peu non négociable. Microsoft déclare à présent que même ceux qui voudront utiliser une autre plate-forme de paiement, ne devront rien lui verser.

Les administrateurs, qui ont finalement fait tourner leur parc d'ordinateurs sur Windows 10, peuvent s'attendre d'ici six mois à une migration vers Windows 11. Microsoft déclare que la plupart des appareils de ces 18 à 24 derniers mois seront compatibles, et fournit des explications plus techniques sur le trajet de mise à niveau.Le contrôle pourra se faire via le PC Health Checker sur les appareils tournant sur Windows 10 Home, Pro et Pro for Workstations. Pour les appareils tournant sur Windows 10 Enterprise et Education, cela se fera via les gestionnaires IT. Ces outils n'existent actuellement pas encore, mais sont en préparation.Microsoft souligne de fortes similitudes. C'est ainsi que Windows 11 recevra également des mises à jour mensuelles pour la correction des bugs et des brèches sécuritaires, alors que chaque année durant le second semestre, il y a aura une importante update du système d'exploitation. Pour ce qui est de la compatibilité des applis, 99,7 pour cent de celles tournant sur Windows 10 devraient être compatibles avec Windows 11. Les conditions de licence resteront également les mêmes.Les entreprises, qui préféreront rester sur Windows 10 au cours des années à venir, le pourront. Le système recevra les mises à jour sécuritaires jusqu'en 2025. Cet automne, il y aura encore une importante mise à jour de contenu. Des updates sont également prévues pour supporter Microsoft 365 un peu plus encore.Lors de MS Build, le CEO de Microsoft Satya Nadella avait déjà fait explicitement observer que le Microsoft Store serait le magasin d'applications le plus flexible et financièrement convivial. Cette déclaration se concrétise à présent, et le Microsoft Store a été rénové.C'est ainsi que le Store supportera désormais Win32, .NET et PWA (Progressive Web Apps) et que les applis Android de l'Amazon Store tourneront sur Windows. Cela se fera à terme via la technologie Intel Bridge, mais tant Intel que Microsoft ont informé The Verge que la technologie fonctionnera aussi sur les PC embarquant des puces AMD ou ARM.Il existera un Windows App SDK, connu jusqu'à présent sous l'appellation Project Reunion, qui vous permettra d'intégrer des fonctions Windows 11 spécifiques dans vos applis. Selon Microsoft, il sera encore étoffé dans un avenir proche. Il sera aussi possible de développer des applis tournant par défaut sur des PC Windows équipés de puces ARM avec l'ARM64 Emulation Compatible ABI. Vous pourrez aussi adapter vos applis davantage encore à l'interface utilisateur de Windows 11, avec de nouvelles icônes, une typographie rafraîchie et une palette de couleurs correspondante.Pour les développeurs de jeux, il y aura un Game Development Kit (GDK) disponible gratuitement sur GitHub.Sur le plan financier, Microsoft proposera un choix étonnant. D'origine, le Microsoft Store demandera 15 pour cent du chiffre d'affaires pour les applis (12 pour cent pour les jeux). Mais quiconque ne souhaitera pas utiliser la Microsoft Commerce Platform et intégrera dans les applis une plate-forme commerciale propre (ou extérieure), pourra conserver cent pour cent de son chiffre d'affaires, même si cette exception ne s'appliquera pas aux jeux.Cette règle entrera en vigueur le 28 juillet et arrive à un moment où le concurrent Apple se trouve dans la ligne de mire pour les marges qu'elle exige des développeurs d'applis et de jeux. Cela fait des années déjà qu'Apple prend nettement trop de marge via son App Store, une marge qui n'était jusqu'il y a peu non négociable. Microsoft déclare à présent que même ceux qui voudront utiliser une autre plate-forme de paiement, ne devront rien lui verser.