Police-on-web existe depuis 2007 déjà, mais depuis ce 1er mai, l'appli permet de faire temporairement des dépositions en ligne à propos de davantage de délits. Outre pour des faits de vandalisme, graffitis, détériorations et vols de vélos/vélomoteurs, l'appli peut en effet être utilisée aussi pour des coups et blessures, menaces, harcèlements, vols sans violence, escroqueries et pertes de divers objets tels une carte d'identité ou un document de bord. L'objectif est de limiter le nombre de déplacements non-essentiels vers les bureaux de police.

Cette extension est un succès, puisqu'au cours des trois premières semaines du mois de mai, le nombre de dépositions a augmenté de 300 pour cent, comme il apparaît d'un sondage effectué auprès de la police fédérale. Le nombre exact de ces dépositions n'a pas encore été communiqué, notamment parce qu'il est malaisé en raison de la situation actuelle liée au corona d'établir des comparaisons avec d'autres mois.

Le porte-parole du ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), indique cependant que depuis le début du confinement, quelque 6.332 plaintes ont été déposées en ligne dans l'ensemble des zones de police. En guise de comparaison, sur l'ensemble de l'année 2010, 8.280 dépositions avaient été faites via Police-on-web.

Police-on-web existe depuis 2007 déjà, mais depuis ce 1er mai, l'appli permet de faire temporairement des dépositions en ligne à propos de davantage de délits. Outre pour des faits de vandalisme, graffitis, détériorations et vols de vélos/vélomoteurs, l'appli peut en effet être utilisée aussi pour des coups et blessures, menaces, harcèlements, vols sans violence, escroqueries et pertes de divers objets tels une carte d'identité ou un document de bord. L'objectif est de limiter le nombre de déplacements non-essentiels vers les bureaux de police.Cette extension est un succès, puisqu'au cours des trois premières semaines du mois de mai, le nombre de dépositions a augmenté de 300 pour cent, comme il apparaît d'un sondage effectué auprès de la police fédérale. Le nombre exact de ces dépositions n'a pas encore été communiqué, notamment parce qu'il est malaisé en raison de la situation actuelle liée au corona d'établir des comparaisons avec d'autres mois.Le porte-parole du ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), indique cependant que depuis le début du confinement, quelque 6.332 plaintes ont été déposées en ligne dans l'ensemble des zones de police. En guise de comparaison, sur l'ensemble de l'année 2010, 8.280 dépositions avaient été faites via Police-on-web.