Le risque d'une telle attaque a, selon le Cyber Risk Index de Trend Micro, crû de 80 à 88 pour cent au cours de l'année écoulée. 'Nous avons de nouveau trouvé suffisamment de résultats pour occuper les CISO (Chief Information Security Officers) de ce monde. La menace oscille entre des risques d'exploitation et d'infrastructures et la sécurité des données, des activités menaçantes et les défis humains', affirme Jon Clay, Vice President of Threat Intelligence chez Trend Micro.

Informatique dans le nuage

De l'enquête, il apparaît en outre que l'informatique dans le nuage ('cloudcomputing') représente l'un des risques de sécurité majeurs pour les infrastructures. Parmi les organisations européennes interrogées, ce risque a obtenu un score de 8,12 sur 10. Nombre de répondants ont indiqué consacrer des 'moyens substantiels' à la gestion des risques que font planer des tiers, tels les fournisseurs de nuages. Le manque de personnel qualifié, la complexité et la négligence représentent d'autres risques importants pour les infrastructures, semble-t-il.

Autre réponse notoire: 22 pour cent des organisations européennes ont l'année dernière dû faire face à au moins sept cyber-attaques, par lesquelles des réseaux et/ou systèmes ont été infiltrés. C'est trois pour cent de plus qu'en 2020. Au Benelux, la moyenne était de quatre cyber-attaques annuelles.

Le risque d'une telle attaque a, selon le Cyber Risk Index de Trend Micro, crû de 80 à 88 pour cent au cours de l'année écoulée. 'Nous avons de nouveau trouvé suffisamment de résultats pour occuper les CISO (Chief Information Security Officers) de ce monde. La menace oscille entre des risques d'exploitation et d'infrastructures et la sécurité des données, des activités menaçantes et les défis humains', affirme Jon Clay, Vice President of Threat Intelligence chez Trend Micro.De l'enquête, il apparaît en outre que l'informatique dans le nuage ('cloudcomputing') représente l'un des risques de sécurité majeurs pour les infrastructures. Parmi les organisations européennes interrogées, ce risque a obtenu un score de 8,12 sur 10. Nombre de répondants ont indiqué consacrer des 'moyens substantiels' à la gestion des risques que font planer des tiers, tels les fournisseurs de nuages. Le manque de personnel qualifié, la complexité et la négligence représentent d'autres risques importants pour les infrastructures, semble-t-il.Autre réponse notoire: 22 pour cent des organisations européennes ont l'année dernière dû faire face à au moins sept cyber-attaques, par lesquelles des réseaux et/ou systèmes ont été infiltrés. C'est trois pour cent de plus qu'en 2020. Au Benelux, la moyenne était de quatre cyber-attaques annuelles.