Snapchat, une appli populaire de partage de photos qui disparaissent après quelques secondes, a été durant la nuit de la Saint-Sylvestre pillée de 4,6 millions de données d'utilisateurs, telles des noms d'utilisateurs et des numéros de téléphone. Ces données ont été mises publiquement en ligne sur le site web Snapchat.db.info entre-temps paralysé.

Les pirates ont certes rendu invisibles les deux derniers chiffres des numéros de téléphone, afin d'empêcher le spam et les abus. A les entendre, ils voulaient faire prendre conscience au public des risques de sécurité des services numériques.

Les données seraient principalement originaires d'utilisateurs américains et canadiens, même si certaines concerneraient aussi des Européens. Tout semble indiquer que toutes ces données ne sont pas correctes. C'est ainsi que pour beaucoup de numéros de téléphone, il manque les préfixes régionaux.

Il y a quelques mois, Snapchat avait déjà été informée par l'australienne Gibson Security de points faibles dans l'appli. Snapchat n'y aurait cependant rien fait pendant des mois. Ce n'est que ce 27 décembre qu'elle a commencé à prendre des mesures.

Snapchat, une appli populaire de partage de photos qui disparaissent après quelques secondes, a été durant la nuit de la Saint-Sylvestre pillée de 4,6 millions de données d'utilisateurs, telles des noms d'utilisateurs et des numéros de téléphone. Ces données ont été mises publiquement en ligne sur le site web Snapchat.db.info entre-temps paralysé. Les pirates ont certes rendu invisibles les deux derniers chiffres des numéros de téléphone, afin d'empêcher le spam et les abus. A les entendre, ils voulaient faire prendre conscience au public des risques de sécurité des services numériques. Les données seraient principalement originaires d'utilisateurs américains et canadiens, même si certaines concerneraient aussi des Européens. Tout semble indiquer que toutes ces données ne sont pas correctes. C'est ainsi que pour beaucoup de numéros de téléphone, il manque les préfixes régionaux. Il y a quelques mois, Snapchat avait déjà été informée par l'australienne Gibson Security de points faibles dans l'appli. Snapchat n'y aurait cependant rien fait pendant des mois. Ce n'est que ce 27 décembre qu'elle a commencé à prendre des mesures.