La présidente de la Chambre des représentants américaine est attendue à Singapour lundi, première étape d'une tournée asiatique qui pourrait comprendre un passage à Taïwan. Un arrêt, même bref, de la présidente de la Chambre des représentants sur l'île serait considéré comme une provocation par Pékin. "Personne ne peut contrôler TSMC par la force", a déclaré le patron du géant taïwanais, Mark Liu, dans une rare interview sur CNN, diffusée lundi.

"En cas d'usage de la force militaire ou d'invasion", les installations de TSMC deviendront "inopérantes", a-t-il ajouté. "Ces installations sont tellement sophistiquées. Elles dépendent d'une connexion en temps réel avec le monde extérieur, avec l'Europe, le Japon, les États-Unis", a expliqué le dirigeant.

"Des matériaux aux produits chimiques et aux pièces détachées, en passant par les logiciels", ce sont les "efforts de tous" qui permettent aux opérations de fonctionner, a-t-il complété. Taiwan Semiconductor Manufacturing Company exploite les plus grandes usines de plaquettes de silicium du monde et produit certaines des puces les plus avancées utilisées dans tous les domaines, des smartphones aux voitures en passant par les missiles.

L'entreprise se partage avec Samsung la grande majorité du marché des micropuces et les usines des deux groupes tournent à plein régime pour pallier une pénurie mondiale. L'entreprise taïwanaise domine plus de la moitié du marché mondial, avec des clients comme Apple et Qualcomm.

La présidente de la Chambre des représentants américaine est attendue à Singapour lundi, première étape d'une tournée asiatique qui pourrait comprendre un passage à Taïwan. Un arrêt, même bref, de la présidente de la Chambre des représentants sur l'île serait considéré comme une provocation par Pékin. "Personne ne peut contrôler TSMC par la force", a déclaré le patron du géant taïwanais, Mark Liu, dans une rare interview sur CNN, diffusée lundi. "En cas d'usage de la force militaire ou d'invasion", les installations de TSMC deviendront "inopérantes", a-t-il ajouté. "Ces installations sont tellement sophistiquées. Elles dépendent d'une connexion en temps réel avec le monde extérieur, avec l'Europe, le Japon, les États-Unis", a expliqué le dirigeant. "Des matériaux aux produits chimiques et aux pièces détachées, en passant par les logiciels", ce sont les "efforts de tous" qui permettent aux opérations de fonctionner, a-t-il complété. Taiwan Semiconductor Manufacturing Company exploite les plus grandes usines de plaquettes de silicium du monde et produit certaines des puces les plus avancées utilisées dans tous les domaines, des smartphones aux voitures en passant par les missiles. L'entreprise se partage avec Samsung la grande majorité du marché des micropuces et les usines des deux groupes tournent à plein régime pour pallier une pénurie mondiale. L'entreprise taïwanaise domine plus de la moitié du marché mondial, avec des clients comme Apple et Qualcomm.