Sous réserve d'un accord définitif attendu en fin d'année, ce déploiement permettrait ainsi d'étendre la couverture fibre à 95% de l'ensemble des foyers et entreprises belges.

Cela permettra d'apporter la technologie 10 Gigabit PON aussi bien dans les zones denses que dans les zones plus rurales, affirme l'entreprise. Cette extension envisagée constitue également une étape importante dans l'ambition de Proximus d'offrir à terme un réseau Gigabit sur l'ensemble du territoire, en s'appuyant sur la technologie d'accès fixe sans fil pour les 5% restants.

L'objectif est donc d'atteindre jusqu'à 5,9 millions de foyers et d'entreprises d'ici 2032. Ces chiffres englobent tout d'abord le déploiement réalisé par les propres équipes de Proximus, qui concerne 2,2 millions de foyers et d'entreprises dans les zones les plus denses et qui devrait se terminer d'ici fin 2026. Alors que le déploiement dans les zones moyennement peuplées progresse via Fiberklaar et Unifiber (environ 2 millions de foyers et entreprises concernés), ce nouveau partenariat envisagé constituerait le troisième pilier majeur dans le déploiement d'une connectivité fibre à près de l'ensemble de la population belge.

Sous réserve de la conclusion d'un accord définitif, les parties envisagent la création de deux nouvelles co-entreprises, précise le communiqué. Cette collaboration envisagée représente un investissement total cumulatif d'environ 4 milliards d'euros par les co-entreprises.

I4B - dont les investisseurs fondateurs sont la Société Fédérale de Participation et d'Investissement (SFPI-FPIM), AG Insurance et Synatom - participera à ce projet comme investisseur de référence. Sa mission est de financer de nouvelles infrastructures ayant un impact positif sur le développement économique de la Belgique, tout en tenant compte des exigences sociétales et environnementales.

La ministre des Télécommunications Petra De Sutter (Groen) voit cette collaboration comme un moyen de fournir l'accès à internet aux zones rurales exclues ou limitées pour le moment. "La Belgique compte peu de zones blanches. Pourtant, en 2020, près de 140.000 familles n'avaient pas accès à l'internet fixe rapide. Chaque famille qui n'a pas cet accès à la maison au 21e siècle est une famille de trop", réagit-elle.

"De plus en plus de services publics se dotent d'un guichet numérique, les demandes sont souvent réalisées en ligne, tout comme l'inscription des enfants à l'école, le paiement des factures, etc. Un citoyen qui n'a pas accès à la société numérique est exclu", ajoute la ministre.

Sous réserve d'un accord définitif attendu en fin d'année, ce déploiement permettrait ainsi d'étendre la couverture fibre à 95% de l'ensemble des foyers et entreprises belges.Cela permettra d'apporter la technologie 10 Gigabit PON aussi bien dans les zones denses que dans les zones plus rurales, affirme l'entreprise. Cette extension envisagée constitue également une étape importante dans l'ambition de Proximus d'offrir à terme un réseau Gigabit sur l'ensemble du territoire, en s'appuyant sur la technologie d'accès fixe sans fil pour les 5% restants.L'objectif est donc d'atteindre jusqu'à 5,9 millions de foyers et d'entreprises d'ici 2032. Ces chiffres englobent tout d'abord le déploiement réalisé par les propres équipes de Proximus, qui concerne 2,2 millions de foyers et d'entreprises dans les zones les plus denses et qui devrait se terminer d'ici fin 2026. Alors que le déploiement dans les zones moyennement peuplées progresse via Fiberklaar et Unifiber (environ 2 millions de foyers et entreprises concernés), ce nouveau partenariat envisagé constituerait le troisième pilier majeur dans le déploiement d'une connectivité fibre à près de l'ensemble de la population belge.Sous réserve de la conclusion d'un accord définitif, les parties envisagent la création de deux nouvelles co-entreprises, précise le communiqué. Cette collaboration envisagée représente un investissement total cumulatif d'environ 4 milliards d'euros par les co-entreprises.I4B - dont les investisseurs fondateurs sont la Société Fédérale de Participation et d'Investissement (SFPI-FPIM), AG Insurance et Synatom - participera à ce projet comme investisseur de référence. Sa mission est de financer de nouvelles infrastructures ayant un impact positif sur le développement économique de la Belgique, tout en tenant compte des exigences sociétales et environnementales.La ministre des Télécommunications Petra De Sutter (Groen) voit cette collaboration comme un moyen de fournir l'accès à internet aux zones rurales exclues ou limitées pour le moment. "La Belgique compte peu de zones blanches. Pourtant, en 2020, près de 140.000 familles n'avaient pas accès à l'internet fixe rapide. Chaque famille qui n'a pas cet accès à la maison au 21e siècle est une famille de trop", réagit-elle."De plus en plus de services publics se dotent d'un guichet numérique, les demandes sont souvent réalisées en ligne, tout comme l'inscription des enfants à l'école, le paiement des factures, etc. Un citoyen qui n'a pas accès à la société numérique est exclu", ajoute la ministre.