Le déploiement de la fibre optique va s'accélérer pour permettre chaque année à 400.000 personnes supplémentaires de se connecter. "C'est sept pour cent de la population par an jusqu'à en arriver d'ici 2025 à 2,4 millions de personnes", explique le CTO Geert Standaert. L'entreprise a en la matière déjà conclu des accords avec des partenaires, notamment Go4Fiber, Fifthnet, Constructel et plusieurs villes et communes.

En marge, Proximus laisse également entendre qu'elle recherche des partenaires et co-investisseurs: "Nous voulons avoir le meilleur réseau gigabit et nous sommes ouverts à la coopération et au co-investissement. Nous pensons à plusieurs partenaires, mais cela se fera sous NDA (secret contractuel, ndlr)." Reste à trouver ces partenaires.

Réseau de référence ouvert

Pour les autres acteurs télécoms, il s'avère surtout intéressant que Proximus veuille profiler ses réseaux fixe et mobile en tant que 'reference network' pour les partenaires 'wholesale'. Cela signifie que d'autres acteurs télécoms, donc en principe aussi des concurrents, utilisent le réseau de Proximus.

La grande différence avec l'approche actuelle réside, selon Proximus, dans le fait qu'elle rendra toutes les innovations directement disponibles pour ses partenaires. "Tout ce que nous créons, toutes les nouvelles fonctions et innovations que nous apportons à ce réseau, seront disponibles dès le 1er jour pour n'importe que fournisseur de services réseautiques en place. L'ouverture est ici le mot-clé", ajoute Standaert.

Ce nouveau réseau devra également être entièrement numérique. "Tout comme il y a du 'network slicing' (découpage de réseau) pour la 5G, nous voulons appliquer le même concept sur notre réseau à fibre optique avec par-dessus une couche numérique, où nous pourrons apporter toutes les possibilités par API interposées à chaque 'service operator'."

Proximus semble ici établir une scission plus structurelle entre son infrastructure réseautique et les services qui y tournent. Résultat: Proximus elle-même sera cliente de son propre réseau.

L'attitude de Proximus est ainsi complètement différente de celle adoptée il y a, disons, dix ans. A l'époque, l'entreprise préférait ne pas avoir de concurrents sur son réseau, sauf si elle en était forcée par le régulateur télécom. Aujourd'hui, elle accueille d'autres acteurs qui disposeront de la même technologie de réseau dès le premier jour.

Pour la 5G proprement dite, Proximus a déjà planifié une collaboration avec Orange, par laquelle les deux acteurs partageront leur réseau mutuel. Il en résultera que ce dernier aura vingt pour cent de sites mobiles en plus et ce, même s'il ne s'agira que des antennes relais. "Nous garderons notre propre spectre, notre réseau de transport et notre coeur de réseau. Nous continuerons aussi d'appliquer notre propre stratégie d'investissement et notre vitesse de déploiement, mais nous accueillerons les MVNO à qui nous proposerons toute notre technologie", conclut Standaert.

Microsoft Azure Edge

Une collaboration étonnante de Proximus, c'est celle conclue avec Microsoft en matière d'Azure. Proximus sera l'une des premières entreprises en Europe à intégrer les fonctionnalités IT de Microsoft Azure Edge à son coeur de réseau.

Concrètement, cela signifie que l''edge computing' d'Azure sera intégré au réseau de Proximus. Il devrait en résulter que le trafic de données pour Azure ne soit plus obligé de transiter d'abord par les centres de données de Microsoft à Amsterdam ou Paris. En même temps, les clients bénéficieront d'une connexion plus rapide avec les services de Microsoft.

Cela ira de pair avec le lancement d'Azure Edge Zones, par lequel le réseau 5G des opérateurs concernés - dans ce cas Proximus - se branchera directement sur Azure.

Proximus modernisera dans ce but son centre de données et son nuage télécom en collaboration avec Microsoft. Du coup, certains services de Microsoft en matière d''intelligent edge computing' seront proposés conjointement. Le nuage de Microsoft aboutira donc chez l'utilisateur final via les réseaux à fibre optique et 5G de Proximus. Proximus deviendra à son tour aussi un MSP Azure Expert certifié.

Brussels Airport

Proximus lance aujourd'hui également l'un de ses premiers projets 5G professionnels: Brussels Airport. Ce dernier devient un partenaire exclusif pour des projets destinés à améliorer l'expérience des voyageurs. "Outre le signal 5G, nous examinons actuellement des use cases spécifiques mettant en évidence les avantages de la 5G", déclare Bart Van den Meersche, en charge de l'Enterprise Business Unit chez Proximus.

La 5G sera ici utilisée pour un système de parking intelligent, pour tracer les bagages et pour identifier le personnel. La 5G sera aussi présente dans les zones accueillant les passagers.

Le déploiement de la fibre optique va s'accélérer pour permettre chaque année à 400.000 personnes supplémentaires de se connecter. "C'est sept pour cent de la population par an jusqu'à en arriver d'ici 2025 à 2,4 millions de personnes", explique le CTO Geert Standaert. L'entreprise a en la matière déjà conclu des accords avec des partenaires, notamment Go4Fiber, Fifthnet, Constructel et plusieurs villes et communes.En marge, Proximus laisse également entendre qu'elle recherche des partenaires et co-investisseurs: "Nous voulons avoir le meilleur réseau gigabit et nous sommes ouverts à la coopération et au co-investissement. Nous pensons à plusieurs partenaires, mais cela se fera sous NDA (secret contractuel, ndlr)." Reste à trouver ces partenaires.Pour les autres acteurs télécoms, il s'avère surtout intéressant que Proximus veuille profiler ses réseaux fixe et mobile en tant que 'reference network' pour les partenaires 'wholesale'. Cela signifie que d'autres acteurs télécoms, donc en principe aussi des concurrents, utilisent le réseau de Proximus.La grande différence avec l'approche actuelle réside, selon Proximus, dans le fait qu'elle rendra toutes les innovations directement disponibles pour ses partenaires. "Tout ce que nous créons, toutes les nouvelles fonctions et innovations que nous apportons à ce réseau, seront disponibles dès le 1er jour pour n'importe que fournisseur de services réseautiques en place. L'ouverture est ici le mot-clé", ajoute Standaert.Ce nouveau réseau devra également être entièrement numérique. "Tout comme il y a du 'network slicing' (découpage de réseau) pour la 5G, nous voulons appliquer le même concept sur notre réseau à fibre optique avec par-dessus une couche numérique, où nous pourrons apporter toutes les possibilités par API interposées à chaque 'service operator'."Proximus semble ici établir une scission plus structurelle entre son infrastructure réseautique et les services qui y tournent. Résultat: Proximus elle-même sera cliente de son propre réseau.L'attitude de Proximus est ainsi complètement différente de celle adoptée il y a, disons, dix ans. A l'époque, l'entreprise préférait ne pas avoir de concurrents sur son réseau, sauf si elle en était forcée par le régulateur télécom. Aujourd'hui, elle accueille d'autres acteurs qui disposeront de la même technologie de réseau dès le premier jour.Pour la 5G proprement dite, Proximus a déjà planifié une collaboration avec Orange, par laquelle les deux acteurs partageront leur réseau mutuel. Il en résultera que ce dernier aura vingt pour cent de sites mobiles en plus et ce, même s'il ne s'agira que des antennes relais. "Nous garderons notre propre spectre, notre réseau de transport et notre coeur de réseau. Nous continuerons aussi d'appliquer notre propre stratégie d'investissement et notre vitesse de déploiement, mais nous accueillerons les MVNO à qui nous proposerons toute notre technologie", conclut Standaert.Une collaboration étonnante de Proximus, c'est celle conclue avec Microsoft en matière d'Azure. Proximus sera l'une des premières entreprises en Europe à intégrer les fonctionnalités IT de Microsoft Azure Edge à son coeur de réseau.Concrètement, cela signifie que l''edge computing' d'Azure sera intégré au réseau de Proximus. Il devrait en résulter que le trafic de données pour Azure ne soit plus obligé de transiter d'abord par les centres de données de Microsoft à Amsterdam ou Paris. En même temps, les clients bénéficieront d'une connexion plus rapide avec les services de Microsoft.Cela ira de pair avec le lancement d'Azure Edge Zones, par lequel le réseau 5G des opérateurs concernés - dans ce cas Proximus - se branchera directement sur Azure.Proximus modernisera dans ce but son centre de données et son nuage télécom en collaboration avec Microsoft. Du coup, certains services de Microsoft en matière d''intelligent edge computing' seront proposés conjointement. Le nuage de Microsoft aboutira donc chez l'utilisateur final via les réseaux à fibre optique et 5G de Proximus. Proximus deviendra à son tour aussi un MSP Azure Expert certifié.Proximus lance aujourd'hui également l'un de ses premiers projets 5G professionnels: Brussels Airport. Ce dernier devient un partenaire exclusif pour des projets destinés à améliorer l'expérience des voyageurs. "Outre le signal 5G, nous examinons actuellement des use cases spécifiques mettant en évidence les avantages de la 5G", déclare Bart Van den Meersche, en charge de l'Enterprise Business Unit chez Proximus.La 5G sera ici utilisée pour un système de parking intelligent, pour tracer les bagages et pour identifier le personnel. La 5G sera aussi présente dans les zones accueillant les passagers.