"Le réseau est actuellement bien équipé, mais nous devons être prêts à pouvoir traiter demain la quantité croissante de données", explique le porte-parole de Proximus, Haroun Fenaux.

Et de mentionner des travaux à différents niveaux, comme le déploiement de la fibre optique précédemment déjà entamé. Mais l'infrastructure sous-jacente va également être abordée. C'est ainsi que Proximus s'est déjà lancé dans la modernisation de son réseau de transfert, par lequel passe tout le trafic voix, données, TV et mobile des clients tant résidentiels que professionnels. Dans le courant de 2021, quasiment 800 importants noeuds de transmission seront remplacés, et 50.000 connexions à fibre optique dans 600 bâtiments seront reliées à un nouveau réseau (appelé TITAN).

Ce nouveau réseau disposera d'une capacité dix fois supérieure à celle de l'actuel. Il y sera aussi plus facile de développer de nouveaux services, apprend-on encore. Les travaux s'effectueront par phases, région par région, entre minuit et 6 heures du matin. Durant cette période, il est possible que les services soient quelque peu perturbés chez les clients.

Proximus ne fournit aucune information sur le coût de cette modernisation, mais les frais représenteront une partie du milliard d'euros que l'opérateur investit chaque année, semble-t-il.