Jeudi, le journal De Tijd avait rapporté que Stefaan De Clerck allait avoir la possibilité de prolonger son mandat de président de Proximus, où l'État dispose de la moitié des sièges d'administrateurs. Le CD&V a à nouveau proposé le nom de l'ancien bourgmestre de Courtrai, qui occupe cette présidence depuis septembre 2013.

Si ce dernier peut donc encore rester à ce poste, c'est grâce à un ajustement interne chez Proximus. Jusqu'à récemment, la charte du conseil d'administration de l'entreprise contenait une disposition relative à une limite d'âge : lorsque les administrateurs ont atteint l'âge de 70 ans, ils remettent leur mandat lors de la prochaine assemblée générale. Un passage qui a été supprimé à la fin de l'année dernière. Au lieu de cela, une limite de mandat a été introduite: dorénavant, les administrateurs peuvent rester chez Proximus pendant un maximum de 12 ans. Auparavant, il n'y avait pas de limitation de ce type pour les administrateurs nommés par le gouvernement.

Stefaan De Clerck pourra donc rester en poste pour trois années supplémentaires si les actionnaires l'approuvent. Il faut en effet encore que cette prolongation obtienne l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires, en avril prochain.

Dirk Lybaert, Chief Corporate Affairs Officer de Proximus, affirme que l'un n'a rien à voir avec l'autre. "L'année dernière, pour diverses raisons, nous avons eu une réflexion sur la limite d'âge de 70 ans. Nous avons vu que bpost n'a plus de limite d'âge, et que celle-ci était pratiquement inexistante dans les autres entreprises publiques également. Il y a aussi des doctrines juridiques qui disent que la limite d'âge doit être considérée comme étant discriminatoire."

L'opérateur télécom a alors fait appel à l'institut des administrateurs Guberna pour demander si une limite d'âge est appropriée dans le cadre d'une bonne gouvernance. "Ils ont dit qu'en la supprimant, il était important de fixer une durée maximale", a expliqué Dirk Lybaert. "C'est quelque chose que nous avions déjà pour les administrateurs indépendants, maintenant nous avons introduit le mandat de 12 ans pour les administrateurs publics également."

Jeudi, le journal De Tijd avait rapporté que Stefaan De Clerck allait avoir la possibilité de prolonger son mandat de président de Proximus, où l'État dispose de la moitié des sièges d'administrateurs. Le CD&V a à nouveau proposé le nom de l'ancien bourgmestre de Courtrai, qui occupe cette présidence depuis septembre 2013.Si ce dernier peut donc encore rester à ce poste, c'est grâce à un ajustement interne chez Proximus. Jusqu'à récemment, la charte du conseil d'administration de l'entreprise contenait une disposition relative à une limite d'âge : lorsque les administrateurs ont atteint l'âge de 70 ans, ils remettent leur mandat lors de la prochaine assemblée générale. Un passage qui a été supprimé à la fin de l'année dernière. Au lieu de cela, une limite de mandat a été introduite: dorénavant, les administrateurs peuvent rester chez Proximus pendant un maximum de 12 ans. Auparavant, il n'y avait pas de limitation de ce type pour les administrateurs nommés par le gouvernement.Stefaan De Clerck pourra donc rester en poste pour trois années supplémentaires si les actionnaires l'approuvent. Il faut en effet encore que cette prolongation obtienne l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires, en avril prochain.Dirk Lybaert, Chief Corporate Affairs Officer de Proximus, affirme que l'un n'a rien à voir avec l'autre. "L'année dernière, pour diverses raisons, nous avons eu une réflexion sur la limite d'âge de 70 ans. Nous avons vu que bpost n'a plus de limite d'âge, et que celle-ci était pratiquement inexistante dans les autres entreprises publiques également. Il y a aussi des doctrines juridiques qui disent que la limite d'âge doit être considérée comme étant discriminatoire."L'opérateur télécom a alors fait appel à l'institut des administrateurs Guberna pour demander si une limite d'âge est appropriée dans le cadre d'une bonne gouvernance. "Ils ont dit qu'en la supprimant, il était important de fixer une durée maximale", a expliqué Dirk Lybaert. "C'est quelque chose que nous avions déjà pour les administrateurs indépendants, maintenant nous avons introduit le mandat de 12 ans pour les administrateurs publics également."