Le marché domestique a porté Proximus au deuxième trimestre. L'Ebitda (bénéfice avant impôts, intérêts, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisation) sous-jacent sur les marchés domestiques a connu une "solide" croissance de 4,1%, entraînant une hausse de 1,7% de l'Ebitda sous-jacent du groupe, qui passe à 463 millions d'euros.

Le chiffre d'affaires sur les marchés domestiques a connu une hausse de 0,7% pour atteindre 1,101 milliard d'euros. "L'évolution favorable du chiffre d'affaires engendrée par la croissance des données fixes (+7,2%), de la TV (+7,6%) et de l'ICT (+13,4%) compense la pression sur le chiffre d'affaires des appareils mobiles à faible marge et des services mobiles (-1,1%) du fait de la baisse des tarifs de roaming et d'un changement au niveau du mix de destinations de voyage", détaille Proximus.

Concrètement, Proximus a attiré 21.000 nouveaux client TV au deuxième trimestre (+7,3%). Le nombre total d'abonnements à la télévision s'élève désormais à 1,816 million. Le nombre d'abonnés à l'internet fixe à la fin du deuxième trimestre s'élevait à 1,892 million, soit une augmentation de 14.000 lignes internet fixe (+4,4%). Le téléphone fixe a par contre perdu 29.000 lignes (-3,5%), tandis que les cartes mobiles ont elles augmenté de 112.000 unités (+13,5%); la base compte aujourd'hui 6,508 millions de cartes.

Le groupe a cependant réalisé un chiffre d'affaires sous-jacent d'1,46 milliard d'euros (-3%), tandis que sa marge directe s'est élevée à 911 millions d'euros (-0,5% par rapport au deuxième trimestre 2015).

Mais Proximus a maîtrisé les coûts. Les dépenses d'exploitation sur ses marchés domestiques ont baissé de 2,9% au deuxième trimestre, et de 2,6% à l'échelle du groupe notamment via une réduction des coûts liés à la force de travail (-61 ETP par rapport à l'an dernier). Selon le plan de départ anticipé volontaire préalable à la pension approuvé le 27 avril dernier, 1.855 équivalents temps-plein, soit 2.172 employés, quitteront en outre Proximus dans les cinq ans.

"Je suis très fière que nous ayons pu atteindre ceci grâce à l'amélioration de la croissance de l'Ebitda de 4,1% dans nos marchés domestiques. Malgré un changement de l'environnement concurrentiel, nous avons continué à gagner des clients, à augmenter nos parts de marché pour l'internet fixe et la TV (...) Avec la mise en place de notre volontaire de congé préalable à la pension, nous avons également réalisé une étape importante dans notre ambition de réduire de manière structurelle nos coûts de 100 millions d'euros d'ici 2018", a commenté Dominique Leroy, la CEO de Proximus.

Le groupe maintient ses prévisions pour 2016, à savoir une légère croissance du chiffre d'affaires sur les marchés domestiques (en ligne avec la tendance du chiffre d'affaires du premier semestre de 2016), une légère croissance de l'Ebitda sous-jacent et un niveau capex d'environ 950 millions d'euros. (Belga)

Le marché domestique a porté Proximus au deuxième trimestre. L'Ebitda (bénéfice avant impôts, intérêts, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisation) sous-jacent sur les marchés domestiques a connu une "solide" croissance de 4,1%, entraînant une hausse de 1,7% de l'Ebitda sous-jacent du groupe, qui passe à 463 millions d'euros. Le chiffre d'affaires sur les marchés domestiques a connu une hausse de 0,7% pour atteindre 1,101 milliard d'euros. "L'évolution favorable du chiffre d'affaires engendrée par la croissance des données fixes (+7,2%), de la TV (+7,6%) et de l'ICT (+13,4%) compense la pression sur le chiffre d'affaires des appareils mobiles à faible marge et des services mobiles (-1,1%) du fait de la baisse des tarifs de roaming et d'un changement au niveau du mix de destinations de voyage", détaille Proximus.Concrètement, Proximus a attiré 21.000 nouveaux client TV au deuxième trimestre (+7,3%). Le nombre total d'abonnements à la télévision s'élève désormais à 1,816 million. Le nombre d'abonnés à l'internet fixe à la fin du deuxième trimestre s'élevait à 1,892 million, soit une augmentation de 14.000 lignes internet fixe (+4,4%). Le téléphone fixe a par contre perdu 29.000 lignes (-3,5%), tandis que les cartes mobiles ont elles augmenté de 112.000 unités (+13,5%); la base compte aujourd'hui 6,508 millions de cartes. Le groupe a cependant réalisé un chiffre d'affaires sous-jacent d'1,46 milliard d'euros (-3%), tandis que sa marge directe s'est élevée à 911 millions d'euros (-0,5% par rapport au deuxième trimestre 2015).Mais Proximus a maîtrisé les coûts. Les dépenses d'exploitation sur ses marchés domestiques ont baissé de 2,9% au deuxième trimestre, et de 2,6% à l'échelle du groupe notamment via une réduction des coûts liés à la force de travail (-61 ETP par rapport à l'an dernier). Selon le plan de départ anticipé volontaire préalable à la pension approuvé le 27 avril dernier, 1.855 équivalents temps-plein, soit 2.172 employés, quitteront en outre Proximus dans les cinq ans."Je suis très fière que nous ayons pu atteindre ceci grâce à l'amélioration de la croissance de l'Ebitda de 4,1% dans nos marchés domestiques. Malgré un changement de l'environnement concurrentiel, nous avons continué à gagner des clients, à augmenter nos parts de marché pour l'internet fixe et la TV (...) Avec la mise en place de notre volontaire de congé préalable à la pension, nous avons également réalisé une étape importante dans notre ambition de réduire de manière structurelle nos coûts de 100 millions d'euros d'ici 2018", a commenté Dominique Leroy, la CEO de Proximus.Le groupe maintient ses prévisions pour 2016, à savoir une légère croissance du chiffre d'affaires sur les marchés domestiques (en ligne avec la tendance du chiffre d'affaires du premier semestre de 2016), une légère croissance de l'Ebitda sous-jacent et un niveau capex d'environ 950 millions d'euros. (Belga)