LoRa est l'abréviation de Low power Long Range et est un standard de l'Internet of Things (IoT). Le réseau relie des mini-capteurs à d'autres appareils et transfère de petits paquets de données, ce qui permet de mettre à relativement moindre coût une foule d'appareils sur un même réseau.

Le réseau est aujourd'hui commercialement disponible dans quelque dix villes. Dans le courant de 2016, il sera déployé dans toute la Belgique et au Luxembourg. C'est Proximus qui propose le réseau, "mais il ne s'agit pas uniquement de connectivité. Nous fournissons des services bout à bout: les capteurs, la connectivité et 'le cerveau'. Nous pouvons activer et contrôler rapidement les capteurs, mais aussi recevoir les données et les convertir en informations et en actions", explique Bart Van Den Meersche, Chief Enterprise Market Officer.

Il n'existe pas encore de tarif fixe pour l'utilisation du réseau. Cela est dû au fait que le prix dépendra du nombre de capteurs, mais aussi de la quantité de données consommées et des services qu'une entreprise achètera. C'est ainsi qu'il sera possible d'acquérir une solution bout à bout complète, y compris le traitement des données via le nuage. Mais quiconque achètera lui-même des capteurs ou souhaitera lui-même traiter les données, pourra aussi s'adresser à l'opérateur télécom.

Villes & (aéro)ports

Le réseau est dès aujourd'hui déployé à Anvers, Louvain, Bruxelles (y compris Hal et l'aéroport de Bruxelles), Liège, Gand, Charleroi, Namur, Mons/La Louvière, l'aéroport et le port d'Ostende/Zeebrugge, ainsi que Tournai/Mouscron. Il existe en outre aussi quelques 'testcases'. C'est ainsi que Swissport utilise des capteurs et le réseau LoRa pour suivre ses activités cargo à l'aéroport.

. © Pieterjan Van Leemputten

Un projet de parking intelligent sur base du niveau réseau est également en cours dans la ville d'Aarschot. Actuellement, quatre parkings dans cette cité sont équipés d'un capteur (souterrain). Une appli permet à l'utilisateur de voir quelles places sont libres. Il s'agit provisoirement d'un projet de test, mais le but est bien de l'étendre à d'autres parkings de la ville d'ici la fin de l'année.

Des combinaisons sont aussi possibles. C'est ainsi que l'on peut payer sa place de parking via l'appli, et les commerçants peuvent eux-mêmes choisir de rembourser le montant payé par leurs clients pour se parquer.

Sûr, flexible, économique

Le choix de la norme LoRa par Proximus est dû notamment au fait que les messages (50-220 octets) sont flexibles via cette technologie, mais un triple cryptage est aussi prévu. "Il s'agit actuellement de la technologie la plus sûre sur le marché", affirme Van Den Meersche. "En même temps, elle est très évolutive et vous permet de trouver un emplacement jusqu'à 25 mètres de distance."

. © Pieterjan Van Leemputten

Il est aussi relativement aisé de mettre en oeuvre un réseau LoRa. Un pylône d'antennes peut avoir une portée de plusieurs kilomètres, y compris à l'intérieur de bâtiments, ce qui rend son déploiement plus facile que celui recourant à des pylônes classiques. Les antennes sont aussi nettement meilleur marché que les classiques. Chez Proximus, c'est Carelink qui fournit les antennes. L'opérateur n'a pas souhaité révéler le montant total de son investissement dans le nouveau réseau.

Concurrence en vue

Proximus n'est cependant pas le seul à déployer un réseau pour l'instant. Engie (GDF Suez) a également commencé à en déployer un similaire avant l'été, mais ce réseau est, lui, basé sur la technologie de Sigfox. Au départ des Pays-Bas nous arrive entre-temps le réseau open source de The Things Network, aussi sur base de LoRa.