Grâce à cet accord, quasiment l'ensemble des 40.000 ménages et entreprises dans les neuf communes germanophones, y compris ce qu'on appelle les 'zones blanche', auront accès aux connexions à haut débit ultrarapides. Le déploiement se fera entre 2023 et 2026, à commencer par les communes de La Calamine et d'Amblève.

Commission européenne

Après la signature d'un protocole en mai dernier, l'accord a été définitivement signé cette semaine par Guillaume Boutin et Philippe Lallemand, les CEO de Proximus et d'Ethias, et par la ministre Isabelle Weykmans au nom du gouvernement de la communauté germanophone de Belgique.

Les travaux démarreront selon toute attente en 2023. La collaboration public-privé devra d'abord encore recevoir le feu vert de la Commission européenne, ce qui devrait être chose faite fin de cette année. Alors que le déploiement de la fibre optique se faisait jusqu'à présent surtout dans les villes, le présent accord couvre aussi les zones rurales. Cela est rendu en grande partie possible par des subsides alloués par la communauté germanophone - et supportés par le plan de relance européen - d'un montant de 40 millions d'euros et par le financement d'Ethias.

Grâce à ce projet, il devrait être possible, selon les parties concernées, de réduire de quinze pour cent le nombre de 'zones blanches' en Belgique, ce qui devrait répondre aux souhaits du gouvernement fédéral en général et de la ministre Petra De Sutter en particulier.

Grâce à cet accord, quasiment l'ensemble des 40.000 ménages et entreprises dans les neuf communes germanophones, y compris ce qu'on appelle les 'zones blanche', auront accès aux connexions à haut débit ultrarapides. Le déploiement se fera entre 2023 et 2026, à commencer par les communes de La Calamine et d'Amblève.Après la signature d'un protocole en mai dernier, l'accord a été définitivement signé cette semaine par Guillaume Boutin et Philippe Lallemand, les CEO de Proximus et d'Ethias, et par la ministre Isabelle Weykmans au nom du gouvernement de la communauté germanophone de Belgique.Les travaux démarreront selon toute attente en 2023. La collaboration public-privé devra d'abord encore recevoir le feu vert de la Commission européenne, ce qui devrait être chose faite fin de cette année. Alors que le déploiement de la fibre optique se faisait jusqu'à présent surtout dans les villes, le présent accord couvre aussi les zones rurales. Cela est rendu en grande partie possible par des subsides alloués par la communauté germanophone - et supportés par le plan de relance européen - d'un montant de 40 millions d'euros et par le financement d'Ethias.Grâce à ce projet, il devrait être possible, selon les parties concernées, de réduire de quinze pour cent le nombre de 'zones blanches' en Belgique, ce qui devrait répondre aux souhaits du gouvernement fédéral en général et de la ministre Petra De Sutter en particulier.