L'objectif est, qu'à l'avenir, d'autres opérateurs puissent y connecter leurs propres équipements. Pour cette opération, Orange Belgique bénéficiera des compétences et de l'expérience de sa maison-mère, le Groupe Orange. La filiale belge sera chargée de déployer et d'exploiter ce réseau de fibre optique. L'opérateur explique avoir choisi de le faire sur la base d'un modèle entièrement ouvert, accordant à tout opérateur télécom intéressé un accès passif à l'infrastructure, à des conditions "justes et raisonnables".

"Ce modèle est le seul capable de garantir les principes de non-discrimination et d'indépendance permettant aux opérateurs de proposer à leurs clients des offres différenciées", souligne-t-il. Les autres opérateurs pourront s'y connecter et s'appuyer sur leurs propres équipements de réseau actifs. Ce modèle a été déployé avec succès dans d'autres pays et permet d'accélérer les investissements et de réduire les prix pour les utilisateurs finaux, car plusieurs opérateurs télécoms partagent la même infrastructure de fibre passive, pointe encore Orange.

Le champ d'application de la fibre optique est immense et un élément clé pour le développement économique de la Région bruxelloise, insiste encore l'opérateur. Son modèle réduit en outre les inconvénients provoqués par le déploiement pour les citoyens, puisqu'une opération permet directement aux consommateurs de faire leur choix entre plusieurs fournisseurs différents. Il est également globalement plus efficace en termes de consommation énergétique, souligne-t-on. Orange travaillera en étroite collaboration avec les acteurs locaux pour tirer parti au maximum des infrastructures préexistantes.

Avec ce projet pilote à Bruxelles, l'entreprise entend répondre à l'appel de la Région, désireuse de monétiser ses actifs en fibre optique. Elle "démontrera la pertinence et l'efficacité environnementale et urbanistique d'un déploiement d'un unique réseau de fibre optique ouvert et partagé avec tous les opérateurs, réalisé en collaboration avec les autorités locales et les acteurs locaux afin de contribuer au développement économique et numérique de la Région". Après Evere et Ixelles, le déploiement pourrait s'étendre à d'autres communes de la capitale, comme Schaerbeek.

L'objectif est, qu'à l'avenir, d'autres opérateurs puissent y connecter leurs propres équipements. Pour cette opération, Orange Belgique bénéficiera des compétences et de l'expérience de sa maison-mère, le Groupe Orange. La filiale belge sera chargée de déployer et d'exploiter ce réseau de fibre optique. L'opérateur explique avoir choisi de le faire sur la base d'un modèle entièrement ouvert, accordant à tout opérateur télécom intéressé un accès passif à l'infrastructure, à des conditions "justes et raisonnables". "Ce modèle est le seul capable de garantir les principes de non-discrimination et d'indépendance permettant aux opérateurs de proposer à leurs clients des offres différenciées", souligne-t-il. Les autres opérateurs pourront s'y connecter et s'appuyer sur leurs propres équipements de réseau actifs. Ce modèle a été déployé avec succès dans d'autres pays et permet d'accélérer les investissements et de réduire les prix pour les utilisateurs finaux, car plusieurs opérateurs télécoms partagent la même infrastructure de fibre passive, pointe encore Orange. Le champ d'application de la fibre optique est immense et un élément clé pour le développement économique de la Région bruxelloise, insiste encore l'opérateur. Son modèle réduit en outre les inconvénients provoqués par le déploiement pour les citoyens, puisqu'une opération permet directement aux consommateurs de faire leur choix entre plusieurs fournisseurs différents. Il est également globalement plus efficace en termes de consommation énergétique, souligne-t-on. Orange travaillera en étroite collaboration avec les acteurs locaux pour tirer parti au maximum des infrastructures préexistantes. Avec ce projet pilote à Bruxelles, l'entreprise entend répondre à l'appel de la Région, désireuse de monétiser ses actifs en fibre optique. Elle "démontrera la pertinence et l'efficacité environnementale et urbanistique d'un déploiement d'un unique réseau de fibre optique ouvert et partagé avec tous les opérateurs, réalisé en collaboration avec les autorités locales et les acteurs locaux afin de contribuer au développement économique et numérique de la Région". Après Evere et Ixelles, le déploiement pourrait s'étendre à d'autres communes de la capitale, comme Schaerbeek.