Facebook a finalement décidé de ne pas supprimer ces messages, mais selon Zuckerberg, cela n'a pas été sans mal, comme il l'a écrit dans un communiqué posté sur le réseau social. Zuckerberg y a annoncé qu'il était 'en désaccord complet' avec Trump: 'Je sais que beaucoup sont ceux qui sont bouleversés, parce que nous avons laissé les 'posts' du président'. Et d'expliquer ensuite que pour lui, son réseau social doit permettre à tout un chacun de s'exprimer. Cela doit cependant se faire conformément aux principes de Facebook. Or les messages de Trump y répondaient, à en croire le patron de Facebook.

Débat public

'Les gens peuvent être d'accord ou non à propos de la manière dont nous plaçons notre limite, mais j'espère qu'ils comprennent notre philosophie générale', affirme Zuckerberg. Il estime que le débat sur la politique suivie par Facebook doit être entièrement public. Voilà pourquoi il a publié son avis à propos de l'affaire qui secoue les Etats-Unis pour l'instant.

Après la mort de l'afro-américain George Floyd, des troubles ont éclaté dans diverses villes suite à l'intervention violente de la police. Après que Trump ait placé sur le média social des remarques au sujet de l'usage de la violence, Facebook a fait l'objet de nombreuses critiques du fait que les messages du président n'avaient pas été retirés, alors même que Twitter avait inséré des avertissements à l'égard des tweets de Trump.

Facebook a finalement décidé de ne pas supprimer ces messages, mais selon Zuckerberg, cela n'a pas été sans mal, comme il l'a écrit dans un communiqué posté sur le réseau social. Zuckerberg y a annoncé qu'il était 'en désaccord complet' avec Trump: 'Je sais que beaucoup sont ceux qui sont bouleversés, parce que nous avons laissé les 'posts' du président'. Et d'expliquer ensuite que pour lui, son réseau social doit permettre à tout un chacun de s'exprimer. Cela doit cependant se faire conformément aux principes de Facebook. Or les messages de Trump y répondaient, à en croire le patron de Facebook.'Les gens peuvent être d'accord ou non à propos de la manière dont nous plaçons notre limite, mais j'espère qu'ils comprennent notre philosophie générale', affirme Zuckerberg. Il estime que le débat sur la politique suivie par Facebook doit être entièrement public. Voilà pourquoi il a publié son avis à propos de l'affaire qui secoue les Etats-Unis pour l'instant.Après la mort de l'afro-américain George Floyd, des troubles ont éclaté dans diverses villes suite à l'intervention violente de la police. Après que Trump ait placé sur le média social des remarques au sujet de l'usage de la violence, Facebook a fait l'objet de nombreuses critiques du fait que les messages du président n'avaient pas été retirés, alors même que Twitter avait inséré des avertissements à l'égard des tweets de Trump.