Le CentrespatialdeLiège est un centrede recherche universitaire (ULiège) axé sur le développement de technologies spatiales. Parmi ses équipements, il y a notamment des cuves à vide FOCAL (Facilité Optique de CAlibration à Liège) de différents diamètres installées dans des salles dites blanches et qui permettent de simuler l'environnement spatial afin de tester le fonctionnement des satellites et leurs instruments. Cet investissement de 18,4 millions d'euros va lui permettre d'étendre ses infrastructures et ses capacités de tests en accueillant une nouvelle cuve à vide de sept mètres de diamètre.

"L'extension part du constat que l'environnement de travail n'a plus évolué depuis 20 ans et n'est donc plus adapté à l'environnement du spatial qui, lui, évolue. De plus, dans les années à venir, les missions de l'ESA vont se multiplier et la Belgique a de fortes ambitions dans le spatial. Il convient donc d'accroître les capacités de tests", a souligné Benoît Marquet.

Le projet porte sur la construction de deux nouveaux bâtiments de part et d'autre des installations actuelles, soit 1.580 m2 supplémentaires. Il y aura un nouveau hall de stockage ainsi qu'une nouvelle salle blanche pour l'intégration et la préparation des instruments spatiaux dans un environnement propre adapté. Cette salle sera subdivisée en deux parties, dont l'une, d'un niveau de propreté supérieur, accueillera une nouvelle cuve à vide de sept mètres de diamètre. Cette cuve, nommée FOCAL-7, sera la plus grande du CSL avec une longueur de près de 14 mètres, comprenant un banc d'optique de 12 mètres de long sur quatre de large.

Pour le secrétaire d'État chargé de la politique scientifique, "cet investissement démontre une fois de plus le rôle moteur que joue la Belgique dans le domaine spatial et singulièrement au sein de l'ESA dont elle est un membre fondateur et un des principaux contributeurs". Quant au ministre Borsus, il a relevé l'importance du secteur aérospatial pour l'économie wallonne avec ses 1.800 emplois directs et un chiffre d'affaires annuel de 350 millions d'euros.

La mise en service des nouvelles infrastructures est envisagée au début 2024. Le CentrespatialdeLiège compte environ 95 employés et représente un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros par an.

Le CentrespatialdeLiège est un centrede recherche universitaire (ULiège) axé sur le développement de technologies spatiales. Parmi ses équipements, il y a notamment des cuves à vide FOCAL (Facilité Optique de CAlibration à Liège) de différents diamètres installées dans des salles dites blanches et qui permettent de simuler l'environnement spatial afin de tester le fonctionnement des satellites et leurs instruments. Cet investissement de 18,4 millions d'euros va lui permettre d'étendre ses infrastructures et ses capacités de tests en accueillant une nouvelle cuve à vide de sept mètres de diamètre."L'extension part du constat que l'environnement de travail n'a plus évolué depuis 20 ans et n'est donc plus adapté à l'environnement du spatial qui, lui, évolue. De plus, dans les années à venir, les missions de l'ESA vont se multiplier et la Belgique a de fortes ambitions dans le spatial. Il convient donc d'accroître les capacités de tests", a souligné Benoît Marquet.Le projet porte sur la construction de deux nouveaux bâtiments de part et d'autre des installations actuelles, soit 1.580 m2 supplémentaires. Il y aura un nouveau hall de stockage ainsi qu'une nouvelle salle blanche pour l'intégration et la préparation des instruments spatiaux dans un environnement propre adapté. Cette salle sera subdivisée en deux parties, dont l'une, d'un niveau de propreté supérieur, accueillera une nouvelle cuve à vide de sept mètres de diamètre. Cette cuve, nommée FOCAL-7, sera la plus grande du CSL avec une longueur de près de 14 mètres, comprenant un banc d'optique de 12 mètres de long sur quatre de large.Pour le secrétaire d'État chargé de la politique scientifique, "cet investissement démontre une fois de plus le rôle moteur que joue la Belgique dans le domaine spatial et singulièrement au sein de l'ESA dont elle est un membre fondateur et un des principaux contributeurs". Quant au ministre Borsus, il a relevé l'importance du secteur aérospatial pour l'économie wallonne avec ses 1.800 emplois directs et un chiffre d'affaires annuel de 350 millions d'euros.La mise en service des nouvelles infrastructures est envisagée au début 2024. Le CentrespatialdeLiège compte environ 95 employés et représente un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros par an.