Plantronics avait annoncé en août que tant le SEC que la justice américaine menaient une enquête sur Polycom et ce, après que cette dernière ait annoncé 'un comportement potentiellement incongru' d'ex-collaborateurs dans sa filiale chinoise. Les faits dateraient d'une époque précédant le retrait de l'entreprise de la bourse en 2016.

Polycom, spécialisée en 'unified communication & collaboration', avait été rachetée en juillet pour quelque 2 milliards de dollars par Plantronics. Et ce, à peine deux ans, après que Siris Capital ait retiré l'entreprise de la bourse pour le même montant en septembre 2016.

Selon l'agence de presse Reuters, Polycom ne confirme ni ne dément les précédentes accusations du SEC et de la Justice, selon lesquelles, l'entreprise aurait enfreint les lois en matière de corruption à l'étranger.