Voilà ce qui ressort d'une actualisation financière pour le troisième trimestre. Les résultats ne sont en effet pas formidables pour la division Connected Care. Philips tente cependant d'amortir 78 millions d'euros qui représentent, à l'entendre, l'héritage d'un précédent rachat. L'entreprise évoque notamment un recul de la production dans les usines, afin de réduire les stocks.

Les tentatives d'adoucir l'impact négatif n'ont pas vraiment donné les résultats attendus, selon l'entreprise. Le directeur Frans van Houten a qualifié surtout de décevantes les marges en recul chez Connected Care. Il s'agit là de la division, qui conçoit entre autres des solutions pour une transmission efficiente des informations entre le médecin et le patient. Il pointe du doigt la diminution des marges (de 4,5 pour cent, selon toute attente) à cause de la hausse des tarifs notamment. Il s'est montré plus enthousiaste par contre à propos des performances des départements Diagnosis & Treatment et Personal Health.

Philips annonce pour son troisième trimestre un chiffre d'affaires total de 4,7 milliards d'euros. Le résultat d'exploitation devrait atteindre 583 millions d'euros. La hausse du nombre de nouvelles commandes serait quasiment nulle au troisième trimestre, après une croissance de 11 pour cent au cours de la même période de l'année précédente. Pour 2020, Philips table sur une croissance comparable de son chiffre d'affaires de 4 à 6 pour cent. Philips publiera ses chiffres trimestriels définitifs le 28 octobre. A la bourse d'Amsterdam, le cours de son action a reculé de 7,5 pour cent hier.