Le jugement rendu par le tribunal de La Haye date de fin décembre déjà, mais il vient seulement d'être publié. Précédemment, Wiko avait encore obtenu juridiquement gain de cause. Le brevet de Philips, dont il est question, porte sur la technologie UMTS et LTE nécessaire dans les smartphones pour les connexions data mobiles. Wiko argumentait que le brevet n'était pas d'application, mais le tribunal de La Haye en a décidé autrement.

Wiko dispose à présent de quatre semaines pour rappeler tous les téléphones mobiles présents chez les revendeurs et d'indemniser ces derniers. La filiale de la firme chinoise Tinno Mobile devra verser à Philips une astreinte pour chaque jour qui passe en dehors du délai accordé, au cas où elle ne respecterait pas le jugement. De plus, l'entreprise devra indemniser Philips et s'acquitter des frais du procès. Ceux-ci pourraient attendre 580.000 euros.

Selon JuvePatent, Philips a intenté contre Wiko des procédures de violation de brevet comparables dans plusieurs autres pays. Il s'agirait entre autres de la France et de la Grande-Bretagne. Rien n'a filtré cependant à propos de la question de savoir si Philips envisage aussi d'intenter un procès au fabricant de smartphones en Belgique. "Nous pouvons seulement confirmer qu'il y a effectivement des procédures en cours contre Wiko dans divers tribunaux. Nous ne pouvons actuellement pas donner d'autres informations sur le sujet", a déclaré un porte-parole de Philips.

Mi-2016, Wiko était encore le numéro quatre sur le marché belge avec, à l'époque, une part de six pour cent.

Le jugement rendu par le tribunal de La Haye date de fin décembre déjà, mais il vient seulement d'être publié. Précédemment, Wiko avait encore obtenu juridiquement gain de cause. Le brevet de Philips, dont il est question, porte sur la technologie UMTS et LTE nécessaire dans les smartphones pour les connexions data mobiles. Wiko argumentait que le brevet n'était pas d'application, mais le tribunal de La Haye en a décidé autrement.Wiko dispose à présent de quatre semaines pour rappeler tous les téléphones mobiles présents chez les revendeurs et d'indemniser ces derniers. La filiale de la firme chinoise Tinno Mobile devra verser à Philips une astreinte pour chaque jour qui passe en dehors du délai accordé, au cas où elle ne respecterait pas le jugement. De plus, l'entreprise devra indemniser Philips et s'acquitter des frais du procès. Ceux-ci pourraient attendre 580.000 euros.Selon JuvePatent, Philips a intenté contre Wiko des procédures de violation de brevet comparables dans plusieurs autres pays. Il s'agirait entre autres de la France et de la Grande-Bretagne. Rien n'a filtré cependant à propos de la question de savoir si Philips envisage aussi d'intenter un procès au fabricant de smartphones en Belgique. "Nous pouvons seulement confirmer qu'il y a effectivement des procédures en cours contre Wiko dans divers tribunaux. Nous ne pouvons actuellement pas donner d'autres informations sur le sujet", a déclaré un porte-parole de Philips.Mi-2016, Wiko était encore le numéro quatre sur le marché belge avec, à l'époque, une part de six pour cent.