Il est question de deux affaires de brevet portant sur de la technologie intégrée dans des montres connectées et des traceurs de fitness. Or Garmin et Fitbit engrangent des centaines de millions de dollars par an avec ce type de gadgets. Philips prétend que les appareils en question ne fonctionneraient pas correctement sans la présence de sa technologie. Et de citer notamment la connaissance en matière de GPS, de protection des données personnelles et de connexions internet pour 'wearables'.

Philips souhaite à présent que la Justice à Boston et en Californie contraigne les deux entreprises à acheter une licence sur ses brevets. De plus, la firme néerlandaise réclame un dédommagement suite à la violation de ses brevets.