Les bureaux de Tad Group ont été perquisitionnés, et un directeur a été emmené pour être auditionné, selon le ministère bulgare de l'intérieur ce mercredi.

Le collaborateur a été entre-temps libéré, mais il lui est interdit de quitter le pays. Il dément avoir fait quoi que ce soit de répréhensible. Les enquêteurs estiment cependant qu'il n'a pas agi seul. L'attaque lancée contre le fisc bulgare avait eu lieu fin juin. Le piratage avait été éventé, après qu'un journal bulgare ait été approché par quelqu'un se faisant passer pour un hacker russe et proposant un accès aux données dérobées. Le journal 24 Tsjasa (24 heures en français) avait alors reçu un fichier contenant plus d'un million de numéros de sécurité sociale, d'informations sur les salaires et de données de soins de santé.