Pourquoi encore payer sans contact au moyen d'une (puce intégrée) à une carte de banque, un smartphone ou une montre intelligente, si on peut faire implanter la même technologie ou à tout le moins une technologie en grande partie comparable sous la peau. Ce faisant, on a toujours son argent - littéralement - sous la main et on ne court plus le risque de le perdre ou de se le faire voler: telle est l'idée sous-jacente au Walletmor.

Non piratable

L'inventeur et le développeur de la puce de paiement est le Polonais Wojciech Paprota. Selon lui, il s'agit là du 'premier implant de paiement produit biologiquement, cent pour cent sûr et accepté au niveau mondial'. 'Les essais de paiements par scannage du visage et de l'oeil notamment, après une recherche et des tests approfondis, n'ont rien donné. La seule solution sûre et commercialement réalisable semble donc être une puce placée sous la peau', ajoute-t-il. Selon Paprota, ce genre d'implant offre non seulement le 'confort de paiement ultime', mais en outre, les personnes mal intentionnées ne pourront pas tracer, pirater ou copier la puce en question.

L'utilisateur peut avec le Walletmor payer partout dans le monde, où les paiements sans contact avec Visa ou Mastercard sont acceptés. Et tout comme avec les autres formes de paiement sans contact, il convient de saisir manuellement un code pin à quatre chiffres pour les montants supérieurs à cinquante euros.

Technologie NFC

L'implant de paiement fait un demi-millimètre d'épaisseur et a environ le format d'un trombone (attache papier). La puce intègre une antenne en métal, et l'ensemble est logé dans un boîtier flexible fabriqué en bio-polymère. Selon le fabricant, il s'agit du même plastique que celui utilisé pour la production d'équipement médical et qui est absolument sans risque pour la santé. 'L'important, c'est qu'il s'agisse d'un appareil passif n'ayant aucune source de courant propre. Le Wallermor exploite la technologie Near Field Communication (NFC) sans fil appliquée à l'échelle mondiale et ne génère donc lui-même aucune onde radio. Cela explique aussi le fait que quelqu'un portant un tel implant de paiement ne peut absolument pas être tracé.'

400 utilisateurs en Europe

La puce de paiement Walletmor revient à 350 euros. Ce montant comprend l'implant même, l'implantation et l'activation via la carte iCard. Dans notre pays, les personnes intéressées peuvent s'adresser à Skins Bodyart situé à Pelt dans le Limbourg ou, juste de l'autre côté de la frontière néerlandaise, au Walletmor Technology Centre Holland de Tilburg. La puce y est implantée sous la peau par un spécialiste. L'implantation est quasiment indolore, et le traitement complet prend environ un quart d'heure. Ensuite, la puce offre une autonomie de 8 ans et demi environ.

Dans l'ensemble de l'Europe, il y a, selon Walletmor, aujourd'hui plus de quatre cents personnes qui effectuent leurs paiements quotidiens au moyen de leur implant.

Pourquoi encore payer sans contact au moyen d'une (puce intégrée) à une carte de banque, un smartphone ou une montre intelligente, si on peut faire implanter la même technologie ou à tout le moins une technologie en grande partie comparable sous la peau. Ce faisant, on a toujours son argent - littéralement - sous la main et on ne court plus le risque de le perdre ou de se le faire voler: telle est l'idée sous-jacente au Walletmor.L'inventeur et le développeur de la puce de paiement est le Polonais Wojciech Paprota. Selon lui, il s'agit là du 'premier implant de paiement produit biologiquement, cent pour cent sûr et accepté au niveau mondial'. 'Les essais de paiements par scannage du visage et de l'oeil notamment, après une recherche et des tests approfondis, n'ont rien donné. La seule solution sûre et commercialement réalisable semble donc être une puce placée sous la peau', ajoute-t-il. Selon Paprota, ce genre d'implant offre non seulement le 'confort de paiement ultime', mais en outre, les personnes mal intentionnées ne pourront pas tracer, pirater ou copier la puce en question.L'utilisateur peut avec le Walletmor payer partout dans le monde, où les paiements sans contact avec Visa ou Mastercard sont acceptés. Et tout comme avec les autres formes de paiement sans contact, il convient de saisir manuellement un code pin à quatre chiffres pour les montants supérieurs à cinquante euros.L'implant de paiement fait un demi-millimètre d'épaisseur et a environ le format d'un trombone (attache papier). La puce intègre une antenne en métal, et l'ensemble est logé dans un boîtier flexible fabriqué en bio-polymère. Selon le fabricant, il s'agit du même plastique que celui utilisé pour la production d'équipement médical et qui est absolument sans risque pour la santé. 'L'important, c'est qu'il s'agisse d'un appareil passif n'ayant aucune source de courant propre. Le Wallermor exploite la technologie Near Field Communication (NFC) sans fil appliquée à l'échelle mondiale et ne génère donc lui-même aucune onde radio. Cela explique aussi le fait que quelqu'un portant un tel implant de paiement ne peut absolument pas être tracé.'La puce de paiement Walletmor revient à 350 euros. Ce montant comprend l'implant même, l'implantation et l'activation via la carte iCard. Dans notre pays, les personnes intéressées peuvent s'adresser à Skins Bodyart situé à Pelt dans le Limbourg ou, juste de l'autre côté de la frontière néerlandaise, au Walletmor Technology Centre Holland de Tilburg. La puce y est implantée sous la peau par un spécialiste. L'implantation est quasiment indolore, et le traitement complet prend environ un quart d'heure. Ensuite, la puce offre une autonomie de 8 ans et demi environ.Dans l'ensemble de l'Europe, il y a, selon Walletmor, aujourd'hui plus de quatre cents personnes qui effectuent leurs paiements quotidiens au moyen de leur implant.