Depuis la création de Passwerk en 2008, le focus reposait sur les tests de logiciels et l'exécution de diverses tâches de qualité en matière de processus de support. A partir de 2017, ces expertises furent étendues en attirant aussi des développeurs de logiciels souffrant d'autisme. Ensuite, on y ajouta entre autres une spécialisation BI, alors qu'aujourd'hui, on veut aller encore un pas plus loin.

Spécialistes 'low-code'

Depuis ce mois-ci, Passwerk mise en effet également sur des analystes SoC et des spécialistes 'low-code'. 'Actuellement, nous avons formé une trentaine de personnes en OutSystems', déclare le directeur commercial et co-fondateur Dirk Rombaut. 'Ils sont directement opérationnels avec leur expertise low-code. D'ici la fin de l'année, nous entendons proposer 60 spécialistes en OutSystems.'

Analystes pour le Security Operations Center

De plus, Passwerk a aussi introduit un trajet séparé pour des analystes SoC (Security Operations Center, ndlr). 'Admettons-le, il s'agissait initialement d'un pari pour nous: les personnes souffrant de troubles spectraux autistes trouveraient-elles leur voie dans le domaine SoC? En outre, les exigences de départ sont aussi plus élevées: être au minimum passionné par les réseaux et la sécurité, et être déjà bachelier en IT.'

'Nous avons finalement sélectionné un premier quatuor, qui a terminé avec succès la formation', affirme Dirk Rombaut. 'Leur souci du détail, leur orientabilité, leur vision rapide des liens et le fait de pouvoir se consacrer à fond sur un sujet: ce sont là des compétences parfaites pour un emploi dans la cybersécurité', ajoute Rombaut. Passwerk composa le trajet conjointement avec Sébastien Deleersnyder, le co-fondateur et CTO de Toreon et le COO de Data Protection Institute (Toreon a pris une participation majoritaire dans DPI, ndlr), qui fournit les instructeurs nécessaires entre autres au départ de son propre réseau. Le programme se focalise d'abord sur les réseaux, puis sur la connaissance de base de la sécurité et, enfin, sur les protocoles de réseau.

De la formation à l'emploi

A la formation en ligne accompagnée par des instructeurs locaux, succède un volet pratique. Pensez à la mise en oeuvre d'un environnement professionnel incluant des équipes rouge et bleue, où des attaques sont simulées et où une réaction est appliquée dans la pratique. Passwerk recourt à cette fin à Microsoft Azure Sentinel, 365 Defender et Azure Defender.

Au terme de la formation d'une durée de 2 mois, les spécialistes néo-diplômés sont accueillis chez un client, après une période d'adaptation. Au bout de quelques semaines, ils devraient devenir des membres à part entière du Security Operations Center. 'Nos quatre premières personnes se trouvent actuellement sur un marché plein d'animation et d'enthousiasme. Nous envisageons de former 10 à 15 analystes SoC par an, à condition évidemment de continuer de trouver les candidats adéquats', ajoute Rombaut. Un prochain trajet est déjà planifié: la sortie devrait se situer entre mi-décembre et mi-janvier.

Depuis la création de Passwerk en 2008, le focus reposait sur les tests de logiciels et l'exécution de diverses tâches de qualité en matière de processus de support. A partir de 2017, ces expertises furent étendues en attirant aussi des développeurs de logiciels souffrant d'autisme. Ensuite, on y ajouta entre autres une spécialisation BI, alors qu'aujourd'hui, on veut aller encore un pas plus loin.Depuis ce mois-ci, Passwerk mise en effet également sur des analystes SoC et des spécialistes 'low-code'. 'Actuellement, nous avons formé une trentaine de personnes en OutSystems', déclare le directeur commercial et co-fondateur Dirk Rombaut. 'Ils sont directement opérationnels avec leur expertise low-code. D'ici la fin de l'année, nous entendons proposer 60 spécialistes en OutSystems.'De plus, Passwerk a aussi introduit un trajet séparé pour des analystes SoC (Security Operations Center, ndlr). 'Admettons-le, il s'agissait initialement d'un pari pour nous: les personnes souffrant de troubles spectraux autistes trouveraient-elles leur voie dans le domaine SoC? En outre, les exigences de départ sont aussi plus élevées: être au minimum passionné par les réseaux et la sécurité, et être déjà bachelier en IT.''Nous avons finalement sélectionné un premier quatuor, qui a terminé avec succès la formation', affirme Dirk Rombaut. 'Leur souci du détail, leur orientabilité, leur vision rapide des liens et le fait de pouvoir se consacrer à fond sur un sujet: ce sont là des compétences parfaites pour un emploi dans la cybersécurité', ajoute Rombaut. Passwerk composa le trajet conjointement avec Sébastien Deleersnyder, le co-fondateur et CTO de Toreon et le COO de Data Protection Institute (Toreon a pris une participation majoritaire dans DPI, ndlr), qui fournit les instructeurs nécessaires entre autres au départ de son propre réseau. Le programme se focalise d'abord sur les réseaux, puis sur la connaissance de base de la sécurité et, enfin, sur les protocoles de réseau.A la formation en ligne accompagnée par des instructeurs locaux, succède un volet pratique. Pensez à la mise en oeuvre d'un environnement professionnel incluant des équipes rouge et bleue, où des attaques sont simulées et où une réaction est appliquée dans la pratique. Passwerk recourt à cette fin à Microsoft Azure Sentinel, 365 Defender et Azure Defender.Au terme de la formation d'une durée de 2 mois, les spécialistes néo-diplômés sont accueillis chez un client, après une période d'adaptation. Au bout de quelques semaines, ils devraient devenir des membres à part entière du Security Operations Center. 'Nos quatre premières personnes se trouvent actuellement sur un marché plein d'animation et d'enthousiasme. Nous envisageons de former 10 à 15 analystes SoC par an, à condition évidemment de continuer de trouver les candidats adéquats', ajoute Rombaut. Un prochain trajet est déjà planifié: la sortie devrait se situer entre mi-décembre et mi-janvier.