Orange active son réseau 5G à Anvers et bientôt aussi à Gand, à la côte belge, à Bruges et à Louvain. L'entreprise procède sur base des licences d'utilisation provisoires, à savoir l'autorisation 5G temporaire que les opérateurs reçoivent depuis l'été de 2020.

L'offre s'applique aux clients postpaid (abonnés) et à ceux de la marque b hey! lancée l'année dernière. Les clients prepaid d'Orange devront donc encore patienter. Selon l'opérateur, son réseau 5G sera jusqu'à trois fois plus rapide que les actuels réseaux 4G. La vitesse de réaction (latence) et l'efficience énergétique seront inférieures dans le cas de la 5G par rapport à la 4G.

Dernier de la classe

Le timing d'Orange a de quoi étonner. Cela fait un an et demi déjà que les opérateurs sont autorisés à proposer la 5G, il est vrai sur des fréquences temporaires proposées par l'IBPT en attendant les enchères finales organisées d'ici l'été.

Proximus n'a pas attendu et a réutilisé le spectre existant pour déployer la 5G depuis mars 2020 déjà. De son côté, Telenet a quelque peu patienté, mais s'est lancé dans l'aventure 5G en décembre dernier dans certains endroits.

Pour sa part, Orange avait signalé lors d'un entretien avec Data News il y a un an et demi qu'elle ne se lancerait dans le déploiement de la 5G qu'une fois les enchères spectrales terminées. Les licences temporaires sont depuis lors certes utilisées, mais essentiellement pour des tests et des projets professionnels, notamment dans le port d'Anvers. Il est possible cependant que les pas accomplis par la concurrence aient incité Orange à se lancer à présent aussi dans la 5G, mais de manière restreinte.

Par souci de clarté, rien ne filtre à propos des performances. Actuellement, la 5G se limite à quelques grandes villes pour chaque opérateur. Le déploiement à grande échelle débutera probablement à partir de l'été. Orange et Proximus partageront des portions de leur équipement réseautique par le biais de leur co-entreprise Mwingz.

Bruxelles

Orange révèle vouloir poursuivre son déploiement, lorsque le spectre 5G sera formellement attribué et lorsqu'il y aura plus de transparence sur les normes EMF (normes de rayonnement). Orange ne va pas dans les détails, mais de manière générale, il est question des règles appliquées à Bruxelles, qui sont actuellement trop sévères pour permettre un déploiement correct de la 5G. Les autres opérateurs sont également dans l'expectative à ce propos.

Orange active son réseau 5G à Anvers et bientôt aussi à Gand, à la côte belge, à Bruges et à Louvain. L'entreprise procède sur base des licences d'utilisation provisoires, à savoir l'autorisation 5G temporaire que les opérateurs reçoivent depuis l'été de 2020.L'offre s'applique aux clients postpaid (abonnés) et à ceux de la marque b hey! lancée l'année dernière. Les clients prepaid d'Orange devront donc encore patienter. Selon l'opérateur, son réseau 5G sera jusqu'à trois fois plus rapide que les actuels réseaux 4G. La vitesse de réaction (latence) et l'efficience énergétique seront inférieures dans le cas de la 5G par rapport à la 4G.Le timing d'Orange a de quoi étonner. Cela fait un an et demi déjà que les opérateurs sont autorisés à proposer la 5G, il est vrai sur des fréquences temporaires proposées par l'IBPT en attendant les enchères finales organisées d'ici l'été.Proximus n'a pas attendu et a réutilisé le spectre existant pour déployer la 5G depuis mars 2020 déjà. De son côté, Telenet a quelque peu patienté, mais s'est lancé dans l'aventure 5G en décembre dernier dans certains endroits.Pour sa part, Orange avait signalé lors d'un entretien avec Data News il y a un an et demi qu'elle ne se lancerait dans le déploiement de la 5G qu'une fois les enchères spectrales terminées. Les licences temporaires sont depuis lors certes utilisées, mais essentiellement pour des tests et des projets professionnels, notamment dans le port d'Anvers. Il est possible cependant que les pas accomplis par la concurrence aient incité Orange à se lancer à présent aussi dans la 5G, mais de manière restreinte.Par souci de clarté, rien ne filtre à propos des performances. Actuellement, la 5G se limite à quelques grandes villes pour chaque opérateur. Le déploiement à grande échelle débutera probablement à partir de l'été. Orange et Proximus partageront des portions de leur équipement réseautique par le biais de leur co-entreprise Mwingz.Orange révèle vouloir poursuivre son déploiement, lorsque le spectre 5G sera formellement attribué et lorsqu'il y aura plus de transparence sur les normes EMF (normes de rayonnement). Orange ne va pas dans les détails, mais de manière générale, il est question des règles appliquées à Bruxelles, qui sont actuellement trop sévères pour permettre un déploiement correct de la 5G. Les autres opérateurs sont également dans l'expectative à ce propos.