Il y a quelques jours, l'IBPT présentait de nouveaux tarifs de gros. Il s'agit là des tarifs maxima que les câblo-opérateurs tels Telenet, Brutélé et Nethys peuvent demander à des collègues alternatifs souhaitant utiliser leur réseau. Les prix ne sont pas encore définitifs, mais seront en tout cas nettement inférieurs à ceux que ces acteurs doivent débourser aujourd'hui. Cela pourrait entraîner une concurrence plus nombreuse et des tarifs réduits chez ces acteurs.

Orange, le principal intéressé pour l'acquisition de l'internet fixe et de la TV numérique via le câble, réagit positivement à cette nouvelle. L'entreprise va donc examiner en détail la proposition du régulateur et lui faire part de ses remarques.

D'une part, l'opérateur fait observer que la nouvelle proposition est plus en phase avec le coût réel des services et qu'elle se rapproche de ce qu'il envisageait (15 euros pour l'internet fixe + TV, ou 10-12 euros pour l'internet fixe seul).

L'entreprise signale d'autre part qu'elle ne comprend pas pourquoi la diminution des prix est moindre chez les opérateurs wallon et bruxellois Nethys et Brutélé que chez Telenet. "Les divergences au niveau de la topographie et de la densité de population ne semblent pas justifier le niveau de 18 à 19 euros en tarif de gros pour l'internet fixe et la TV", affirme Orange dans un communiqué.

L'opérateur est également préoccupé du fait que la proposition s'avère plutôt conservatrice. Il veut dire par là que les utilisateurs finaux consommeront davantage avec le temps, ce qui pourrait générer une hausse des tarifs de gros et, partant, aussi de ceux pratiqués à l'égard des utilisateurs finaux.