L'eSIM est une mini-puce installée dans l'appareil, qui fonctionne de la même manière qu'une carte SIM classique. Elle occupe cependant moins d'espace, ce qui permet aux fabricants d'exploiter l'espace ainsi libéré dans les smartphones et autres gadgets pour d'autres fonctions.

D'ici 2030, quasiment cent pour cent du marché sera constitué d'eSIM

Mais il y aura aussi beaucoup d'avantages pour le consommateur. C'est ainsi que grâce à l'eSIM, l'utilisateur pourra aisément passer d'un abonnement professionnel à un abonnement privé, sans qu'il faille changer de carte. Les grands voyageurs, expatriés et touristes pourront, eux, se tourner plus facilement vers une offre télécom mobile locale, lorsqu'ils séjourneront dans un autre pays.

Bientôt aussi pour les clients B2B

Les clients résidentiels Orange disposant d'un smartphone compatible, n'auront donc dorénavant plus besoin non plus d'une mini-carte SIM en plastique. Via un scan QR, ils pourront transférer leurs données vers un profil d'utilisateur spécial dans l'appareil, qui offrira un accès sûr au réseau d'Orange Belgium. Dans une première phase, le client devra encore se rendre dans un magasin pour décliner son identité, mais selon l'opérateur, cette identification pourra bientôt se faire entièrement en ligne. Ultérieurement, l'eSIM sera également disponible pour les clients B2B.

Orange prévoit que l'eSIM dépassera d'ici 2025 la part de marché des cartes SIM classiques en Belgique. Et l'entreprise s'attend à ce qu'à l'horizon 2030, quasiment cent pour cent du marché sera constitué d'eSIM. Counterpoint Research a récemment calculé que d'ici 2025, quelque deux milliards d'appareils eSIM circuleront.

Actuellement, il n'y a pas encore énormément de smartphones ou d'autres appareils dans le commerce, qui supportent l'eSIM. Les exceptions les plus connues sont les iPhone XS, XS Max, XR et toutes les versions de l'iPhone 11, ainsi que la nouvelle gamme Samsung Galaxy S20 et le Samsung Galaxy Z Flip récemment annoncé. Les Google Pixel 3 et 4 sont aussi compatibles, de même que certaines variantes de l'Apple Watch, mais ces gadgets ne sont provisoirement pas encore en vente en Belgique.

L'eSIM est une mini-puce installée dans l'appareil, qui fonctionne de la même manière qu'une carte SIM classique. Elle occupe cependant moins d'espace, ce qui permet aux fabricants d'exploiter l'espace ainsi libéré dans les smartphones et autres gadgets pour d'autres fonctions.Mais il y aura aussi beaucoup d'avantages pour le consommateur. C'est ainsi que grâce à l'eSIM, l'utilisateur pourra aisément passer d'un abonnement professionnel à un abonnement privé, sans qu'il faille changer de carte. Les grands voyageurs, expatriés et touristes pourront, eux, se tourner plus facilement vers une offre télécom mobile locale, lorsqu'ils séjourneront dans un autre pays.Les clients résidentiels Orange disposant d'un smartphone compatible, n'auront donc dorénavant plus besoin non plus d'une mini-carte SIM en plastique. Via un scan QR, ils pourront transférer leurs données vers un profil d'utilisateur spécial dans l'appareil, qui offrira un accès sûr au réseau d'Orange Belgium. Dans une première phase, le client devra encore se rendre dans un magasin pour décliner son identité, mais selon l'opérateur, cette identification pourra bientôt se faire entièrement en ligne. Ultérieurement, l'eSIM sera également disponible pour les clients B2B.Orange prévoit que l'eSIM dépassera d'ici 2025 la part de marché des cartes SIM classiques en Belgique. Et l'entreprise s'attend à ce qu'à l'horizon 2030, quasiment cent pour cent du marché sera constitué d'eSIM. Counterpoint Research a récemment calculé que d'ici 2025, quelque deux milliards d'appareils eSIM circuleront.Actuellement, il n'y a pas encore énormément de smartphones ou d'autres appareils dans le commerce, qui supportent l'eSIM. Les exceptions les plus connues sont les iPhone XS, XS Max, XR et toutes les versions de l'iPhone 11, ainsi que la nouvelle gamme Samsung Galaxy S20 et le Samsung Galaxy Z Flip récemment annoncé. Les Google Pixel 3 et 4 sont aussi compatibles, de même que certaines variantes de l'Apple Watch, mais ces gadgets ne sont provisoirement pas encore en vente en Belgique.