Maintenant que les enchères du spectre sont terminées, tous les opérateurs peuvent se concentrer pleinement sur le déploiement de la 5G. Mais dans la pratique, il est dans un premier temps question de 5G Non-Standalone (5G NSA), l'équipement 5G par-dessus ou en combinaison avec l'équipement 4G existant. La raison en est que le réseau est progressivement rénové et que tous ses composants ne sont pas partout remplacés en même temps.

Orange annonçait en 2019 déjà vouloir aller directement un pas plus loin en direction de 5G Standalone (5G SA), et voici que l'opérateur tient à présent sa promesse dans la pratique. 'Vouloir progressivement mettre en production un réseau multi gigabit cloud native avec la technologie 5G Standalone', explique Stefan Slavnicu, CTO d'Orange Belgium, à Data News.

'5G Standalone est la forme finale de 5G Radio et nous offre tout ce que la 5G promet: vitesses supérieures, faible latence et Massive Machine-Type Communications (mMTC). Mais aussi une amélioration de choses comme l'upload. En 4G, on atteint en pratique quelque 40 Mbps, alors qu'avec la 5G, on peut arriver à 100-200 Mbps en fonction de l'appareil et de la configuration.'

Au niveau du téléchargement, il est question dans un premier temps de vitesses d'1 Gbps au minimum. Il est en principe possible d'aller encore plus haut, mais Slavicnu prétend que la vitesse exacte dépendra de ce que les clients professionnels demanderont et auront besoin.

Réseaux privés mobiles virtuels

En première instance, la technologie sera surtout intéressante pour le marché professionnel. Pensez entre autres à la mise en oeuvre d'un réseau privé mobile virtuel, où une entreprise ou une business unit recevra une capacité individuelle et fonctionnera ainsi séparément du réseau mobile classique. Slavicnu: 'Nous pourrons de la sorte miser sur un réseau à la demande où et quand le client le voudra.'

'Nous voulons cependant aussi franchir l'étape de l'hybride: l'équipement réseautique d'Orange, mais si le client le désire en combinaison avec son propre équipement pour des flux de données critiques par exemple. Il s'agira souvent d'appareils tournant dans l'environnement du client ou là où il souhaite lui-même garder le contrôle pour des raisons de sécurité.'

Pour 5G SA, Orange collabore tant avec Nokia ('subscriber data management' et New Radio) qu'avec Ericsson ('packet core'), mais aussi avec Oracle ('subscriber data management'). 'Il va de soi que nous avons également pu compter sur la R&D d'Orange Group' précise encore Slavnicu.

5G Lab à Liège

Orange déploie actuellement la 5G au niveau national, mais en raison des normes de rayonnement plus strictes appliquées à Bruxelles et en Wallonie, l'opérateur se focalise d'abord sur la Flandre. Mais Orange ambitionne néanmoins un déploiement national. 'Nous sommes ravis que la Wallonie veuille à présent aussi revoir ses normes de rayonnement. De notre côté, nous voulons bientôt ouvrir un laboratoire à Liège en plus de notre 5G Lab d'Anvers pour bien montrer que nous voulons desservir tout le pays avec notre technologie', conclut le CTO d'Orange Belgium.

Vendredi après-midi, vous pourrez lire l'interview complète de Stefan Slavnicu à propos du déploiement de la 5G par Orange.

Maintenant que les enchères du spectre sont terminées, tous les opérateurs peuvent se concentrer pleinement sur le déploiement de la 5G. Mais dans la pratique, il est dans un premier temps question de 5G Non-Standalone (5G NSA), l'équipement 5G par-dessus ou en combinaison avec l'équipement 4G existant. La raison en est que le réseau est progressivement rénové et que tous ses composants ne sont pas partout remplacés en même temps.Orange annonçait en 2019 déjà vouloir aller directement un pas plus loin en direction de 5G Standalone (5G SA), et voici que l'opérateur tient à présent sa promesse dans la pratique. 'Vouloir progressivement mettre en production un réseau multi gigabit cloud native avec la technologie 5G Standalone', explique Stefan Slavnicu, CTO d'Orange Belgium, à Data News.'5G Standalone est la forme finale de 5G Radio et nous offre tout ce que la 5G promet: vitesses supérieures, faible latence et Massive Machine-Type Communications (mMTC). Mais aussi une amélioration de choses comme l'upload. En 4G, on atteint en pratique quelque 40 Mbps, alors qu'avec la 5G, on peut arriver à 100-200 Mbps en fonction de l'appareil et de la configuration.'Au niveau du téléchargement, il est question dans un premier temps de vitesses d'1 Gbps au minimum. Il est en principe possible d'aller encore plus haut, mais Slavicnu prétend que la vitesse exacte dépendra de ce que les clients professionnels demanderont et auront besoin.En première instance, la technologie sera surtout intéressante pour le marché professionnel. Pensez entre autres à la mise en oeuvre d'un réseau privé mobile virtuel, où une entreprise ou une business unit recevra une capacité individuelle et fonctionnera ainsi séparément du réseau mobile classique. Slavicnu: 'Nous pourrons de la sorte miser sur un réseau à la demande où et quand le client le voudra.''Nous voulons cependant aussi franchir l'étape de l'hybride: l'équipement réseautique d'Orange, mais si le client le désire en combinaison avec son propre équipement pour des flux de données critiques par exemple. Il s'agira souvent d'appareils tournant dans l'environnement du client ou là où il souhaite lui-même garder le contrôle pour des raisons de sécurité.'Pour 5G SA, Orange collabore tant avec Nokia ('subscriber data management' et New Radio) qu'avec Ericsson ('packet core'), mais aussi avec Oracle ('subscriber data management'). 'Il va de soi que nous avons également pu compter sur la R&D d'Orange Group' précise encore Slavnicu.Orange déploie actuellement la 5G au niveau national, mais en raison des normes de rayonnement plus strictes appliquées à Bruxelles et en Wallonie, l'opérateur se focalise d'abord sur la Flandre. Mais Orange ambitionne néanmoins un déploiement national. 'Nous sommes ravis que la Wallonie veuille à présent aussi revoir ses normes de rayonnement. De notre côté, nous voulons bientôt ouvrir un laboratoire à Liège en plus de notre 5G Lab d'Anvers pour bien montrer que nous voulons desservir tout le pays avec notre technologie', conclut le CTO d'Orange Belgium.Vendredi après-midi, vous pourrez lire l'interview complète de Stefan Slavnicu à propos du déploiement de la 5G par Orange.