Oracle prévoit deux nouvelles zones souveraines pour son infrastructure 'cloud'. Les parcs de serveurs se trouveront en Allemagne et en Espagne et seront supportés et gérés par des citoyens de l'UE. Oracle entend ainsi offrir à ses clients l'option de stocker au sein de l'UE des données sensibles ou réglementées. Ces zones seraient disponibles en 2023, comme l'indique Scott Twaddle, VP de l'infrastructure 'cloud' chez Oracle, sur son blog.

Les zones souveraines auront comme but explicite de se conformer à la législation de l'UE. Ces dernières années, l'UE a renforcé les règles de stockage de données sensibles. C'est ainsi que les données personnelles des citoyens de l'UE ne peuvent en principe plus quitter le territoire européen. Chez Oracle, on déclare exploiter actuellement déjà plusieurs zones publiques à Amsterdam, Francfort, Paris, Marseille, Milan et Stockholm, et que les données des clients demeurent donc déjà au sein de l'UE. Les nouvelles zones souveraines seront cependant totalement séparées de ce nuage et iront encore un pas plus loin au niveau de la sécurité. Elles seront également exploitées par des citoyens de l'UE.

Données sensibles

Oracle veut ainsi aussi satisfaire aux demandes des pouvoirs publics ou des organisations qui souhaitent stocker des données particulièrement sensibles dans le nuage. C'est ainsi que l'entreprise possède déjà des zones souveraines semblables pour les autorités britanniques et américaines. Les prix appliqués aux nouvelles zones souveraines seront identiques à ceux pratiqués pour l'autre infrastructure 'cloud'. Les clients existants d'Oracle Fucion Cloud Applications dans l'actuel package EU Restricted Access seront déjà déplacés vers les nouvelles zones.

Oracle prévoit deux nouvelles zones souveraines pour son infrastructure 'cloud'. Les parcs de serveurs se trouveront en Allemagne et en Espagne et seront supportés et gérés par des citoyens de l'UE. Oracle entend ainsi offrir à ses clients l'option de stocker au sein de l'UE des données sensibles ou réglementées. Ces zones seraient disponibles en 2023, comme l'indique Scott Twaddle, VP de l'infrastructure 'cloud' chez Oracle, sur son blog.Les zones souveraines auront comme but explicite de se conformer à la législation de l'UE. Ces dernières années, l'UE a renforcé les règles de stockage de données sensibles. C'est ainsi que les données personnelles des citoyens de l'UE ne peuvent en principe plus quitter le territoire européen. Chez Oracle, on déclare exploiter actuellement déjà plusieurs zones publiques à Amsterdam, Francfort, Paris, Marseille, Milan et Stockholm, et que les données des clients demeurent donc déjà au sein de l'UE. Les nouvelles zones souveraines seront cependant totalement séparées de ce nuage et iront encore un pas plus loin au niveau de la sécurité. Elles seront également exploitées par des citoyens de l'UE.Oracle veut ainsi aussi satisfaire aux demandes des pouvoirs publics ou des organisations qui souhaitent stocker des données particulièrement sensibles dans le nuage. C'est ainsi que l'entreprise possède déjà des zones souveraines semblables pour les autorités britanniques et américaines. Les prix appliqués aux nouvelles zones souveraines seront identiques à ceux pratiqués pour l'autre infrastructure 'cloud'. Les clients existants d'Oracle Fucion Cloud Applications dans l'actuel package EU Restricted Access seront déjà déplacés vers les nouvelles zones.