Sous l'appellation Autonomous Database sur Exadata Cloud@Customer, Oracle va mettre en oeuvre sa propre base de données sous la forme d'un service dans le nuage dans le centre de données du client. L'entreprise répond ainsi favorablement aux clients qui éprouvent des difficultés à porter des charges de travail de leur base de données dans le nuage public pour des raisons de confidentialité, de performances, de réglementation ou de sécurité.

L'Autonomous Database existe depuis quelques années déjà et assure entre autres la correction automatique, l'approvisionnement, le réglage et l'évolutivité. Il en résulte que les gestionnaires de systèmes doivent nettement moins effectuer d'adaptations par voie manuelle, ce qui leur fait gagner du temps et évite les erreurs humaines.

"Nous portons à présent l'Oracle Autonomous Database dans les centres de données de nos clients, ce qui enlèvera les travaux de maintenance quotidiens des épaules des DBA et des développeurs et leur permettra d'innover et de créer de la plus-value professionnelle", explique Juan Loaiza, executive vice president for mission-critical database technologies chez Oracle.

Crédit Agricole CIB, l'opérateur télécom japonais NTT DoCoMo et Samsung SDS, qui fournit des solutions 'cloud' professionnelles en Corée, vont implémenter la nouvelle solution 'cloud' dans leurs centres de données.

Tout chez le client

Pour tous ceux qui utilisent plusieurs services 'cloud' d'Oracle - pensez aux fournisseurs de nuages régionaux ou aux grandes entreprises télécoms -, Oracle propose désormais Oracle Dedicated Region Cloud@customer. Ce faisant, tous les services de nuage privé d'Oracle seront portés dans le centre de données du client.

., Oracle
. © Oracle

Il s'agit là de plus de cinquante services 'cloud' qui seront ainsi disponibles sur site. Oracle promet les mêmes API, SLA et performances que dans son nuage.

Mais le prix n'est pas piqué des vers. Oracle parle d'un coût d'un demi-million de dollars par mois. Selon l'entreprise, cela revient cependant moins cher qu'une seule 'cloud region' d'un autre fournisseur de nuages.

Sous l'appellation Autonomous Database sur Exadata Cloud@Customer, Oracle va mettre en oeuvre sa propre base de données sous la forme d'un service dans le nuage dans le centre de données du client. L'entreprise répond ainsi favorablement aux clients qui éprouvent des difficultés à porter des charges de travail de leur base de données dans le nuage public pour des raisons de confidentialité, de performances, de réglementation ou de sécurité.L'Autonomous Database existe depuis quelques années déjà et assure entre autres la correction automatique, l'approvisionnement, le réglage et l'évolutivité. Il en résulte que les gestionnaires de systèmes doivent nettement moins effectuer d'adaptations par voie manuelle, ce qui leur fait gagner du temps et évite les erreurs humaines."Nous portons à présent l'Oracle Autonomous Database dans les centres de données de nos clients, ce qui enlèvera les travaux de maintenance quotidiens des épaules des DBA et des développeurs et leur permettra d'innover et de créer de la plus-value professionnelle", explique Juan Loaiza, executive vice president for mission-critical database technologies chez Oracle.Crédit Agricole CIB, l'opérateur télécom japonais NTT DoCoMo et Samsung SDS, qui fournit des solutions 'cloud' professionnelles en Corée, vont implémenter la nouvelle solution 'cloud' dans leurs centres de données.Pour tous ceux qui utilisent plusieurs services 'cloud' d'Oracle - pensez aux fournisseurs de nuages régionaux ou aux grandes entreprises télécoms -, Oracle propose désormais Oracle Dedicated Region Cloud@customer. Ce faisant, tous les services de nuage privé d'Oracle seront portés dans le centre de données du client.Il s'agit là de plus de cinquante services 'cloud' qui seront ainsi disponibles sur site. Oracle promet les mêmes API, SLA et performances que dans son nuage.Mais le prix n'est pas piqué des vers. Oracle parle d'un coût d'un demi-million de dollars par mois. Selon l'entreprise, cela revient cependant moins cher qu'une seule 'cloud region' d'un autre fournisseur de nuages.