Parmi les données disponibles sur ce site, on retrouve notamment: la position géographique des passages à niveau, celle des segments de voie, la consommation mensuelle de l'énergie de traction, l'évolution du nombre de sillons effectifs, la ponctualité par mois ainsi que les données de mesures brutes effectuées lors du passage des trains de voyageurs sur le réseau.

"Cette mise à disposition du public d'un tel nombre de données est une première à plus d'un titre. Si d'autres gestionnaires ferroviaires ont posé quelques jalons dans le monde de l'Open Data (donnés numériques "ouvertes" au public), aucun n'est allé aussi loin dans la transparence", se targue Infrabel, également bien conscient des difficultés à venir: "si nous avons identifié qu'il y a une demande sociétale pour avoir accès à ces données, personne ne peut encore évaluer pleinement quelles données seraient utiles, sous quelles formes et à quelle finalité", précise le gestionnaire du réseau ferroviaire. Mais des applications pourraient, par exemple, voir le jour.

A l'occasion de l'ouverture de son portail, Infrabel a lancé un "hackathon" et proposé à des associations de navetteurs ainsi qu'à des entreprises spécialisées en développement et en création de software de travailler sur les données actuellement disponibles, afin de livrer leurs premières impressions.

Dans les mois qui viennent, et sur la base des feedbacks, d'autres données seront mises en ligne sur le portail.