"Le Bill Gates wallon": voilà comment le fondateur et CEO d'Odoo, Fabien Pinckaers, a déjà été qualifié. L'année dernière encore, il a investi 12 millions d'euros dans une nouvelle filiale située dans le parc scientifique d'UCLouvain. L'objectif: poursuivre la croissance. Mais pour cela, il faut en premier lieu disposer de personnel. Dans Trends-Tendances, Pinckaers avait déclaré l'année dernière encore qu'il voulait à l'horizon 2025 engager 1.000 personnes sur son nouveau site à Louvain La-Neuve. Au niveau mondial, 580 personnes travaillaient à l'époque pour Odoo, dont 300 en Belgique.

Ce sont là des chiffres dépassés aujourd'hui, puisqu'en juillet de cette année, Odoo accueillait déjà son 1.000ème collaborateur à l'échelle mondiale. Quasiment la moitié d'entre eux sont actifs dans notre pays. L'éditeur de logiciels - qui jusqu'en 2014 s'appelait encore OpenERP et avait été créé sous l'appellation TinyERP - dispose non seulement de filiales belges à Grand-Rosière et à Auderghem, mais aussi de bureaux à New York, Hong-Kong, Dubaï et San Francisco notamment.

Ces 1.000 employés, l'éditeur de software entend à présent les doubler de nouveau. Et à un rythme incroyablement rapide: les 1.000 collaborateurs supplémentaires devraient être recrutés l'année prochaine déjà pour répondre à la demande "explosive" des applications proposées par Odoo. En raison de l'impulsion donnée par la pandémie du corona - durant laquelle de nombreuses entreprises ont cherché, forcées ou non, leur salut dans le télétravail - la demande d'applications facilitant le travail à distance par exemple a cette année fortement augmenté.

Avec sa gamme complète de logiciels professionnels, Odoo concurrence des rivaux ayant pignon sur rue, tels Microsoft, SAP et Oracle. Le software d'Odoo se compose de dizaines d'outils, par exemple pour la vente, la gestion de la clientèle, la facturation et la comptabilité.

"Le Bill Gates wallon": voilà comment le fondateur et CEO d'Odoo, Fabien Pinckaers, a déjà été qualifié. L'année dernière encore, il a investi 12 millions d'euros dans une nouvelle filiale située dans le parc scientifique d'UCLouvain. L'objectif: poursuivre la croissance. Mais pour cela, il faut en premier lieu disposer de personnel. Dans Trends-Tendances, Pinckaers avait déclaré l'année dernière encore qu'il voulait à l'horizon 2025 engager 1.000 personnes sur son nouveau site à Louvain La-Neuve. Au niveau mondial, 580 personnes travaillaient à l'époque pour Odoo, dont 300 en Belgique.Ce sont là des chiffres dépassés aujourd'hui, puisqu'en juillet de cette année, Odoo accueillait déjà son 1.000ème collaborateur à l'échelle mondiale. Quasiment la moitié d'entre eux sont actifs dans notre pays. L'éditeur de logiciels - qui jusqu'en 2014 s'appelait encore OpenERP et avait été créé sous l'appellation TinyERP - dispose non seulement de filiales belges à Grand-Rosière et à Auderghem, mais aussi de bureaux à New York, Hong-Kong, Dubaï et San Francisco notamment. Ces 1.000 employés, l'éditeur de software entend à présent les doubler de nouveau. Et à un rythme incroyablement rapide: les 1.000 collaborateurs supplémentaires devraient être recrutés l'année prochaine déjà pour répondre à la demande "explosive" des applications proposées par Odoo. En raison de l'impulsion donnée par la pandémie du corona - durant laquelle de nombreuses entreprises ont cherché, forcées ou non, leur salut dans le télétravail - la demande d'applications facilitant le travail à distance par exemple a cette année fortement augmenté.Avec sa gamme complète de logiciels professionnels, Odoo concurrence des rivaux ayant pignon sur rue, tels Microsoft, SAP et Oracle. Le software d'Odoo se compose de dizaines d'outils, par exemple pour la vente, la gestion de la clientèle, la facturation et la comptabilité.