La firme de puces mentionne dans un communiqué posté sur un blog qu'elle va sortir une série de cartes graphiques GeForce RTX 3080, RTX 3070 et RTX 3060 Ti caractérisées par un taux de hachage moindre. Ce taux de hachage ('hash rate') représente la vitesse à laquelle il est possible d'extraire des monnaies comme l'éthereum. Les cartes recevront aussi l'inscription 'LHR' ('Lite Hash Rate'), pour faire clairement comprendre qu'il s'agit de versions adaptées. La série devrait sortir fin de ce mois.

L'objectif de cette adaptation est - assez explicitement - d'intimider les extracteurs d'espèces ('coin miners'). Des cartes graphiques telles la RTX 3080 sont passablement rapides dans la réalisation de divers calculs en parallèle. Cela les rend parfaites pour le traitement des données pour le rendu d'images dans un jeu vidéo, mais par exemple aussi pour les calculs de chaîne de blocs, ce qui les rend particulièrement populaires dans ces deux secteurs.

Carences

Le marché des puces est sous forte pression depuis quelque temps déjà, et la popularité des cartes graphiques pour l'extraction de monnaies génère des carences particulièrement aiguës. Cela signifie que les joueurs - le public-cible initial des cartes - n'arrivent plus à s'en procurer ou doivent payer des montants élevés pour en acquérir. En réduisant de moitié le taux de hachage, ce qui fait que les cartes conviendront moins bien dans le domaine des monnaies virtuelles, Nvidia espère que les extracteurs de ces dernières n'en achèteront plus. Il devrait alors y en avoir plus pour les joueurs sur PC. En outre, le prix de ces cartes devrait diminuer, puisque la pénurie serait alors moins forte.

Précédemment déjà, Nvidia avait tenté de lancer sur le marché une version de ses cartes ne convenant 'que pour les joueurs'. L'entreprise y utilisait un logiciel destiné à détecter pour quelle application la carte était utilisée. Lors du traitement des crypto-monnaies, ce logiciel devait provoquer un ralentissement de la carte. Ce logiciel bloquant fut cependant rapidement contourné. A présent, Nvidia refait donc un nouvel essai, visant probablement cette fois directement le hardware, étant donné que le taux de hachage moindre ne s'appliquera qu'aux nouvelles cartes à fabriquer.

La firme de puces mentionne dans un communiqué posté sur un blog qu'elle va sortir une série de cartes graphiques GeForce RTX 3080, RTX 3070 et RTX 3060 Ti caractérisées par un taux de hachage moindre. Ce taux de hachage ('hash rate') représente la vitesse à laquelle il est possible d'extraire des monnaies comme l'éthereum. Les cartes recevront aussi l'inscription 'LHR' ('Lite Hash Rate'), pour faire clairement comprendre qu'il s'agit de versions adaptées. La série devrait sortir fin de ce mois.L'objectif de cette adaptation est - assez explicitement - d'intimider les extracteurs d'espèces ('coin miners'). Des cartes graphiques telles la RTX 3080 sont passablement rapides dans la réalisation de divers calculs en parallèle. Cela les rend parfaites pour le traitement des données pour le rendu d'images dans un jeu vidéo, mais par exemple aussi pour les calculs de chaîne de blocs, ce qui les rend particulièrement populaires dans ces deux secteurs.Le marché des puces est sous forte pression depuis quelque temps déjà, et la popularité des cartes graphiques pour l'extraction de monnaies génère des carences particulièrement aiguës. Cela signifie que les joueurs - le public-cible initial des cartes - n'arrivent plus à s'en procurer ou doivent payer des montants élevés pour en acquérir. En réduisant de moitié le taux de hachage, ce qui fait que les cartes conviendront moins bien dans le domaine des monnaies virtuelles, Nvidia espère que les extracteurs de ces dernières n'en achèteront plus. Il devrait alors y en avoir plus pour les joueurs sur PC. En outre, le prix de ces cartes devrait diminuer, puisque la pénurie serait alors moins forte.Précédemment déjà, Nvidia avait tenté de lancer sur le marché une version de ses cartes ne convenant 'que pour les joueurs'. L'entreprise y utilisait un logiciel destiné à détecter pour quelle application la carte était utilisée. Lors du traitement des crypto-monnaies, ce logiciel devait provoquer un ralentissement de la carte. Ce logiciel bloquant fut cependant rapidement contourné. A présent, Nvidia refait donc un nouvel essai, visant probablement cette fois directement le hardware, étant donné que le taux de hachage moindre ne s'appliquera qu'aux nouvelles cartes à fabriquer.