Dans ce but, le contrôleur a introduit une plainte circonstanciée auprès d'un tribunal fédéral. En juin déjà, une précédente plainte à propos du même sujet avait été déboutée. Fin de l'année dernière, Facebook avait également été citée à comparaître en justice par la FTC et les procureurs publics de 46 états américains. Outre le rachat de longue date de concurrents potentiels, l'entreprise du directeur Mark Zuckerberg s'est distinguée également en imposant aux développeurs de logiciels des conditions qui font qu'il est devenu compliqué de concurrencer Facebook. De plus, Facebook a interdit aux développeurs d'accéder à certaines informations.

Facebook met en doute la dirigeante de la FTC

En juin pourtant, le juge a accepté l'argument de Facebook, selon lequel les pratiques incriminées ne sont pas suffisamment étayées. Le contrôleur s'est vu allouer un délai d'un mois pour apporter davantage de preuves. Facebook ne souhaite en outre pas que la nouvelle dirigeante de la FTC, Lina Khan, se penche sur le sujet. L'entreprise estime en effet que Khan est partiale, parce que précédemment, elle avait en tant qu'enquêtrice publié des choses sur le média social et qu'elle siégea au sein d'une commission spéciale de la Chambre des Représentants qui enquêta sur la firme technologique.

Monopole

Selon la FTC, Facebook possède depuis 2011 aux Etats-Unis le monopole sur les réseaux sociaux personnels. La plainte déposée aujourd'hui a été partiellement adaptée et ne sera pas rendue publique pendant les dix prochains jours et ce, à la demande même de la FTC. On sait cependant que le contrôleur estime que Facebook a enfreint les règles de la concurrence en rachetant en 2012 la plate-forme de média social Instagram et en 2014 le service de messagerie WhatsApp, ce qui éliminait du coup deux rivaux.

Dans une réaction, Facebook déclare que la nouvelle plainte est infondée et que l'entreprise continuera de se défendre bec et ongles. Selon elle, il n'est absolument pas question d'un comportement monopolistique. De son côté, en déposant cette nouvelle plainte, la FTC essaie qu'on revoie la législation sur la concurrence. Elle a aussi fait savoir que Khan restera provisoirement impliquée dans cette affaire.

Source: ANP

Dans ce but, le contrôleur a introduit une plainte circonstanciée auprès d'un tribunal fédéral. En juin déjà, une précédente plainte à propos du même sujet avait été déboutée. Fin de l'année dernière, Facebook avait également été citée à comparaître en justice par la FTC et les procureurs publics de 46 états américains. Outre le rachat de longue date de concurrents potentiels, l'entreprise du directeur Mark Zuckerberg s'est distinguée également en imposant aux développeurs de logiciels des conditions qui font qu'il est devenu compliqué de concurrencer Facebook. De plus, Facebook a interdit aux développeurs d'accéder à certaines informations. En juin pourtant, le juge a accepté l'argument de Facebook, selon lequel les pratiques incriminées ne sont pas suffisamment étayées. Le contrôleur s'est vu allouer un délai d'un mois pour apporter davantage de preuves. Facebook ne souhaite en outre pas que la nouvelle dirigeante de la FTC, Lina Khan, se penche sur le sujet. L'entreprise estime en effet que Khan est partiale, parce que précédemment, elle avait en tant qu'enquêtrice publié des choses sur le média social et qu'elle siégea au sein d'une commission spéciale de la Chambre des Représentants qui enquêta sur la firme technologique.Selon la FTC, Facebook possède depuis 2011 aux Etats-Unis le monopole sur les réseaux sociaux personnels. La plainte déposée aujourd'hui a été partiellement adaptée et ne sera pas rendue publique pendant les dix prochains jours et ce, à la demande même de la FTC. On sait cependant que le contrôleur estime que Facebook a enfreint les règles de la concurrence en rachetant en 2012 la plate-forme de média social Instagram et en 2014 le service de messagerie WhatsApp, ce qui éliminait du coup deux rivaux.Dans une réaction, Facebook déclare que la nouvelle plainte est infondée et que l'entreprise continuera de se défendre bec et ongles. Selon elle, il n'est absolument pas question d'un comportement monopolistique. De son côté, en déposant cette nouvelle plainte, la FTC essaie qu'on revoie la législation sur la concurrence. Elle a aussi fait savoir que Khan restera provisoirement impliquée dans cette affaire.Source: ANP