Google a lancé "Google for Jobs" en 2018. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas été accueilli à bras ouverts par le secteur. Entre 2018 et 2019, il avait en effet déclenché les critiques de 23 sites Internet de recherche d'emploi. Ceux-ci se plaignaient d'avoir perdu des parts de marché depuis le lancement de Google for Jobs et prétendaient que Google abuse de sa position dominante en ligne pour promouvoir son propre service.

Par exemple, lorsqu'on effectue une recherche sur Google for Jobs, Google fait apparaître son propre widget tout en haut, avant que l'on puisse voir les résultats des sites concurrents.

Selon Reuters, cette nouvelle plainte pourrait redonner un coup de pied dans la fourmilière. Cela fait en effet trois ans qu'une enquête antitrust est en cours à ce sujet à l'encontre de Google. Jusqu'ici, tout semblait à l'arrêt. Mais cette nouvelle plainte pourrait relancer les choses. Notons que ces dernières années, Google a déjà dû verser huit milliards d'euros à l'Europe dans le cadre d'affaires antitrust.

Google a lancé "Google for Jobs" en 2018. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas été accueilli à bras ouverts par le secteur. Entre 2018 et 2019, il avait en effet déclenché les critiques de 23 sites Internet de recherche d'emploi. Ceux-ci se plaignaient d'avoir perdu des parts de marché depuis le lancement de Google for Jobs et prétendaient que Google abuse de sa position dominante en ligne pour promouvoir son propre service.Par exemple, lorsqu'on effectue une recherche sur Google for Jobs, Google fait apparaître son propre widget tout en haut, avant que l'on puisse voir les résultats des sites concurrents.Selon Reuters, cette nouvelle plainte pourrait redonner un coup de pied dans la fourmilière. Cela fait en effet trois ans qu'une enquête antitrust est en cours à ce sujet à l'encontre de Google. Jusqu'ici, tout semblait à l'arrêt. Mais cette nouvelle plainte pourrait relancer les choses. Notons que ces dernières années, Google a déjà dû verser huit milliards d'euros à l'Europe dans le cadre d'affaires antitrust.